logo cameroun-online.com Rentrée Formation ACERFI 2014
Bonjour, Dimanche 26 Octobre 2014 Consultez vos mails Faire de cette page votre page de démarrage

Rechercher sur Google

- Rechercher sur Cameroun-online.com

 
Cameroun: Le sous-préfet d'Ambam accusé de corruption    Cameroun: Guy Nsigué et ses collègues entendus pendant 6 heures    CAN Maroc 2015 / Ebola: Michel Platini se dit insulté par Issa Hayatou et exige des excuses    Cameroun - guerre dans le septentrion : le général René Claude MEKA bat retraite    Cameroun - vente des billets d'avion en ligne : 288 millions fcfa détournés à camair-co    Cameroun - Opinion: Joseph Antoine Bell pour le football Camerounais    Cameroun - Criminalité faunique: 34 armes et 180 munitions saisies à l'Est    Cameroun - Armand Claude Abanda (IAI Cameroun): «La révolution des Tic est une chance pour l'Afrique»    Cameroun - Opération Epervier: Quand le rouleau compresseur broie ses victimes    Cameroun/Namibie - CAN féminine 2014: Les Lionnes indomptables en finale…toujours sans primes    

Actualité

Dakole Daïssala, l’homosexualité, la corruption, ce que je pense !

Le leader du MDR et ministre des transports s’est exprimé hier au cours d’un point de presse à Yaoundé
Cameroun-online/jeudi 16 mars 2006

Cheveux et barbe poivre sel, lunettes assorties, plus de 60 balais et une voix rauque. Et pourtant, c’est avec la fougue mesurée et l’assurance du bel orateur que Dakolé Daïssala a introduit et conduit son point de presse du 15 mars à Yaoundé.

Non pas le ministre des transports, c’est plutôt l’homme politique, président du Mouvement pour la Défense de la République (MDR) qui s’est exprimé sur les sujets d’actualité, principalement l’affaire des listes de présumés homosexuels et milliardaires de la Républiques publiés depuis le mois de janvier, ainsi que la série d’arrestations de directeurs généraux et ministre.

Pour l’orateur, des listes, il y en a eu, à un tel point que, « à ce rythme, aucun Camerounais ne va être épargné par le phénomène des listes…je crois qu’une fois qu’on aura fini avec ces premières listes, on ne va pas s’étonner de voir aussi des listes de séropositifs et mangeurs de rats… » L’homosexualité, Dakole Daïssala constate que la pratique est sanctionnée pénalement au Cameroun, qu’elle est contre-nature et contraire aux traditions africaines.

« La nuance est notre rigueur », a-t-on juste le temps de lire sur l’affiche du MDR qui barre de tout son long le haut du mur de l’estrade de la salle. L’homme politique va alors nuancer ses propos : le Cameroun vit dans un monde qui n’a plus de frontières. Dans certains pays européens, on permet aujourd’hui des mariages homosexuels, cela doit nous pousser à réfléchir, dit-il en substance. « Il ne s’agit pas de condamner les ténèbres, mais d’allumer les bougies ! »

Il regrette alors que le débat de l’homosexualité ait été popularisé, alors qu’il aurait dû être élitiste.

« Je ne supporte pas les suppositoires…l’homosexualité ne figure pas dans le programme du gouvernement »

Dans la salle, sourde rumeur de stupéfaction. Mais Dakole Daïssala dira n’être pas concerné par l’affaire, lui « qui ne supporte pas déjà les suppositoires ». (…à quel âge ?)

A propos des arrestations de présumés pilleurs des fonds publics, « l’action menée par le Chef de l’Etat est à encourager, il fallait que cela arrive bien un jour, trop c’est trop; que ce jour soit arrivé, je ne peux qu’applaudir ».

Pour le leader du MDR, il faut « frapper fort et juste », même s’il préfère que les présumés voleurs de l’Etat remettent le butin pris au peuple, plutôt que d’être simplement envoyé en prison. Des pillages qui ont entraîné au fil des ans, « une distorsion sociale trop criarde ».

Alors, monsieur le président du MDR, les scandales de l’homosexualité et le détournement des fonds publics n’éclaboussent-ils pas l’ensemble du gouvernement, en vertu de la solidarité gouvernementale ? « Non, l’homosexualité ne figure pas au programme du gouvernement » répond l’intervenant.

D’autres questions ont été posées finalement au ministre des Transports, plus qu’à l’homme politique. Notamment la question des plaques d’immatriculation minéralisées qui semblent être une faire de chaque ministre.

L’actuel patron des Transports va faire noter sur la question que depuis sa nomination le 8 décembre 2005, il n’y a jamais eu autant (4 000) de nouvelles plaques en si peu de temps, avant de relever que ces plaques sont nécessaires à moins que le Cameroun ne sorte de la Cemac.

Il y avait longtemps qu’on n’avait pas vu le MDR s’exprimer sur les affaires du Cameroun ; ne serait-ce pas la tourmente d’un imminent remaniement ministériel qui fait courir le sexagénaire ministre des Transports ?

Non répond M Daïssala : « je n’ai jamais été carriériste, il faut se souvenir que je suis parti volontairement du gouvernement en 1997 parce qu’il me manquait l’expérience de parlementaire à mon carquois ».

François BIMOGO

Réagir à cet article | Imprimer | Envoyer cet article à





| Créer mon Blog pour réagir | C'est quoi un blog ?

Nous vous recommandons de réagir dans le strict respect des conditions d’utilisation de ce site. «Ma liberté s’arrête là où commence celle d’autrui ». Les posts diffamatoires, injurieux, etc. seront automatiquement supprimés.


Vous pouvez réagir à cet article en laissant un bref
message qui sera ensuite affiché sous l'article.



Votre Nom)  

Nombre de caractères restant :

Associer une icône