logo cameroun-online.com Rentrée Formation ACERFI 2014
Bonjour, Samedi 25 Octobre 2014 Consultez vos mails Faire de cette page votre page de démarrage

Rechercher sur Google

- Rechercher sur Cameroun-online.com

 
Cameroun - Opinion: Joseph Antoine Bell pour le football Camerounais    Cameroun - Criminalité faunique: 34 armes et 180 munitions saisies à l'Est    Cameroun - Armand Claude Abanda (IAI Cameroun): «La révolution des Tic est une chance pour l'Afrique»    Cameroun - Opération Epervier: Quand le rouleau compresseur broie ses victimes    Cameroun/Namibie - CAN féminine 2014: Les Lionnes indomptables en finale…toujours sans primes    Cameroun, Agriculture de Deuxième Génération: Enfin le SIMAC!    Cameroun: La Sodecoton envisage une hausse de 7% de sa production au cours de la campagne 2014-2015    ‘'SIMAC 2015'' ‘'Salon International du Machinisme Agricole au Cameroun''    Cameroun - Les camions interdits de circuler dans les centres urbains: Robert Nkili reprécise sa décision. Un retour à la sagesse d'après les transporteurs et des économistes    Coupe du Cameroun de football 2014: les qualifiés des ¼ de finale sont connus depuis mercredi.    

Actualité

Garga Haman Adji : Un délégué du gouvernement n'est pas nécessaire à Maroua

Conseiller municipal à Maroua 1er, le président de l'Add parle de cette commune, la décentralisation l'avenir de son parti.

Quotidien Mutations / Vendredi 18 Jan

Vous avez participé à la 1ère session du Conseil municipal de Maroua 1er en qualité de conseiller. Au terme des travaux, vous avez le sentiment d'avoir été utile ?
Je peux dire que je suis satisfait d'avoir contribué à ma manière, selon mon niveau, selon mon expérience au bon déroulement du conseil municipal de la commune du 1er arrondissement de Maroua. Je suis d'autant plus satisfait que pour la 1ère fois, le préfet du Diamaré m'a dit et a dit à tout le monde que c'est pour la 1ère fois qu'il va dans un conseil municipal sans avoir besoin d'interprète. Parce que nous avons tenu à mettre à l'écart les illettrés que le Rdpc remplit dans ses listes. C'est aussi une occasion de dénoncer ce qui s'est passé dans les autres communes de Maroua, notamment à Maroua 3ème où c'est la fraude qui a fait gagner le Rdpc alors qu'ils n'ont pas la majorité, où le maire est entièrement illettré. Ne sait ni lire, ni écrire le français, ni l'anglais. Or la loi électorale dit qu'il faut savoir lire ou écrire le français et/ou l'anglais. Il ne remplit pas les conditions. Je suis sûr que le préfet aura besoin d'un interprète. Au niveau de la commune de Maroua 1er, les débats ont été entièrement en français et de très hauts niveaux.

Le budget que vous avez voté samedi 12 janvier s'inscrit-il justement dans le cadre de l'amélioration des populations. Surtout que le budget d'investissement se situe autour de 31,19% contre 68,89% pour les dépenses de fonctionnement ?
Les problèmes essentiels, il faut les lier à la compétence municipale. Parce qu'ils ont des problèmes essentiels que la commune ne peut pas résoudre qui restent encore à attendre que l'Etat veuille bien s'en occuper. Comme le cas de l'éducation, des enseignements secondaires et universitaires. Ça c'est l'Etat. Et pour ce qui est de la compétence de la commune nous avons examiné dans la limite des moyens, faut pas créer une pression fiscale sur les commerçants, ça je ne peux pas l'accepter. Parmi les choses que j'ai soutenu en aparté comme en séance publique, c'est que les rues de de Maroua 1er doivent être fonctionnelles 12 mois sur 12. Je ne voudrais pas qu'au mois d'août, qu'on vienne trouver une flaque d'eau que ce soit à Domayo ou à Djarengol qui vous empêche d'utiliser le reste du tronçon. Idem pour les rues qui existent hors de la ville. Là il y a un distinguo à faire. Il y a les routes dont l'Etat doit s'occuper et ne le fait pas. L'administration dit que telle route n'est pas de la compétence de la commune, or l'Etat ne voulant rien faire et pour qu'on accule pas les populations à la réclusion, nous disons qu'il faut que la commune fasse quelque chose. Il y a un conflit, je ne dirais pas d'incompétence, mais d'incapacité venant de l'Etat et de notre volonté. C'est le cas de la Route Meskine-Katoual. Nous avons dit qu'on doit la faire. Il y a une partie de notre budget, au moins 60%, pour combler les carences de l'Etat. Imaginez que l'Etat fasse son travail… on pourrait améliorer le pouvoir d'achat de nos populations. Qu'a cela ne tienne on va s'occuper de Meskine, Zokok Ladéo, Beguélé, Ngoyang Katoual, Ngountokoye, Ngassa, et la ville de Maroua. Voilà en gros les actions que j'ai soutenues et Dieu merci elles ont été adoptées.

La création annoncée de la communauté urbaine de Maroua ne va pas mettre un bémol sur les grands projets que vous nourrissez pour Maroua 1er ?
C'est encore une occasion de parler des carences de l'Etat. Quand il y avait les élections couplées de juillet dernier alors que nous avions fini de constituer les dossiers, on a éclaté la ville de Maroua en trois parties. C'était en fait pour perturber les partis politiques parce que par exemple l'Add était donné vainqueur dans la ville de Maroua. Ce n'était pas gratuit. C'est pas moi qui le dit ce sont les journaux et les populations. L'Etat a trouvé bon de faire éclater Maroua et de noyauter la ville dans certaines parties de l'ancienne commune rurale où l'Etat a fait de fausses inscriptions, des inscriptions fictives. C'est le cas de Kongola à Maroua 3ème où le nombre des électeurs s'est accru de 36%. Or, le taux de croissance au Cameroun est de 2,5%... vous avez fait éclater la ville de Maroua, vous avez fait noyauter la zone urbaine par des zones rurales. Mais vous dites qu'il faut une communauté urbaine. A ce moment là, ne dites pas Maroua 1er, 2ème ou 3ème. Quand vous parlez de Makary, vous ne dites pas Makary 1er ou 2ème. Quand on dit 1er ou 2ème c'est qu'il y a une Communauté urbaine. Nous attendons encore.

Pensez vous que la gestion locale s'accommode de la présence d'un délégué du gouvernement ?
Je crois que ce n'est pas une nécessité. Absolument pas. Il faut une coordination. Mais on peut créer des syndicats de commune. L'actuelle loi le prévoit, l'ancienne aussi. Les trois communes de Maroua peuvent parfaitement organiser un syndicat qui remplacerait le délégué du gouvernement. On n'est en ce moment ni urbain, ni rural. La meilleure des solutions, c'est d'effacer le délégué du gouvernement et de faire fonctionner ces trois communes sur la base d'une coordination gérée par le syndicat de ces trois communes.

La 1ère session du Conseil municipal a fait de vous le vice-président de la commission des finances. N'est ce pas mièvre pour le haut fonctionnaire que vous avez été ?
Il y a des gens qui cherchent des fonctions pour rehausser leur blason. Moi j'accepte des fonctions pour ternir mon blason. Je l'accepte parce que je veux être utile. Mon expérience, je dois la partager avec mes jeunes frères. Je crois que dans l'Extrême Nord, on peut m'aimer comme on peut ne pas m'aimer. Mais je suis le financier le plus ancien dans le grade le plus élevé. Fonctionnaire du ministère des finances, ancien Dg d'une banque, ancien directeur comptable et financier de la Sonel pendant près de huit ans, ancien inspecteur d'Etat, ancien ministre chargé de la fonction publique et du contrôle supérieur de l'Etat. Je crois que en matière financière quelqu'un qui a géré et les finances publiques, parapubliques et les finances purement privées américaines, a une expérience à partager. A 18 ans, j'avais élaboré le 1er rôle de la commune de Karhaï…

Vous êtes par ailleurs Président de l'Add, vous n'êtes pas frustré lorsqu'on constate que votre formation politique se réduise à quelques conseillers municipaux ?
Le parti ne se réduit pas. Le parti n'a jamais eu de conseiller depuis qu'il existe. C'est la 1ère fois que malgré les vols, les techniques utilisés, ce parti pointe avec des conseillers par ci et par là. C'est un grand bond quand vous êtes dans un milieu de voleurs et vous arrivez à sauver quelques biens que vous avez. Vous devez vous féliciter que le voleur n'a pas tout emporté. C'est le sentiment que j'ai malgré tout ce qui est organisé à Maroua pour voler. Yaya Bello a acheté des milliers de cartes que j'ai fait saisir. Le gouverneur, le préfet, le commissaire spécial sont mes témoins puisqu'on faisait arrêter les cartes volées et qu'on déposait au commissariat spécial. Je ne sais d'ailleurs pas si elles ne sont pas reparties votées. Si avec tout ça, le ministre Garga réussi à avoir même un conseiller, il faut se féliciter. Je vais apprendre au voleur à ne plus voler. Je vais m'y atteler

Quel avenir pour l'Add?
Lors de la dernière présidentielle, des trois premiers, je suis le plus jeune. Biya a au moins dix ans devant moi, Fru Ndi quelques années comme j'ignore son âge, mais je suis le plus jeune des trois. L'âge aidant, la vie étant une sorte de tapis roulant, il y en a que l'âge va éjecter comme dans un aéroport où on retire les bagages. A la fin du circuit, le tapis rejette les bagages. Je ne les prends pas pour des bagages, mais c'est par assimilation. A partir de cet instant, imaginez ce que peut être 2011 pour l'Add. Si le tapis roulant qui éjecte les personnes âgées joue correctement son jeu. C'est-à-dire si on ne le coince pas dans sa mécanique, nous serons parmi le mieux positionnés en 2011. Ce d'autant que ma candidature a rendu heureux beaucoup de gens qui me connaissent, qui croient en moi, qui espèrent en moi. Compte tenu de ma manière d'être, du niveau de mes études, de ma manière d'être. L'avenir nous est réservé. Et même dans le Rdpc, je vous dis que le jour où je serais président, il y a beaucoup de gens du Rdpc qui seront dans mon gouvernement. Il ne sera pas un gouvernement Rdpc, mais je connais des gens qui sont valables, qui sont constipés, qui n'ont pu démissionner comme je l'ai fait. Parce que mon expérience a été très douloureuse pour le régime. Le régime empêche maintenant que les gens démissionnent. Ils sont intimidés, ils ont peur. Parmi eux, il y en a qui sont super compétents, super sérieux, mais broyés par la machine du système.
L'avenir de l'Add, il est brillant. Si vous voyez en dehors du parti de Jean Jacques Ekindi, tous les partis ont régressé. Je ne parle pas du Rdpc, un voleur. Vous savez la mère du voleur ne crie pas joie tous les jours. Il ira en prison, là où vont les voleurs. Ici c'est la politique, ils iront en prison politique. Donc, ce que je peux dire tandis que les autres reculent, l'Add avance malgré la pression qu'on fait peser sur l'Add. L'Add résiste et nous nous y employons. Ça va marcher. Les Camerounais peuvent croire en moi.

Des vœux pour le Cameroun en 2008…
Que le Cameroun n'entre pas dans les zones de perturbations que connaissent beaucoup de pays d'Afrique. Et que le Cameroun ne croit pas qu'il fait une exception particulière en Afrique. Le Kenya vient de le démentir. Depuis la révolte des mao-mao au début des années 1950, il n'y a jamais eu le moindre soubresaut au Kenya. Mais à cause de la fraude, les gens se sont révoltés et voilà le Kenya qui est dans les troubles. Que nous ne soyons pas amenés comme les kenyans à cause de la fraude ou d'une révision constitutionnelle partielle ou partiale à commettre des troubles. Mon souhait est que Dieu inspire tous les Camerounais pour s'éviter ce genre de trouble…Je crois que c'est Abraham Lincoln qui l'a dit, on peut tromper le peuple une fois, on peut tromper une partie du peuple tout le temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps. Le peuple se réveille et pour éviter le cas du Kenya, je souhaite que l'année 2008 inspire nos responsables pour nous éviter ce genre de choses. Parce que le Cameroun n'est pas une exception.

Propos recueillis par Dieudonné Gaïbaï

Réagir à cet article | Imprimer | Envoyer cet article à





| Créer mon Blog pour réagir | C'est quoi un blog ?

Nous vous recommandons de réagir dans le strict respect des conditions d’utilisation de ce site. «Ma liberté s’arrête là où commence celle d’autrui ». Les posts diffamatoires, injurieux, etc. seront automatiquement supprimés.


Vous pouvez réagir à cet article en laissant un bref
message qui sera ensuite affiché sous l'article.



Votre Nom)  

Nombre de caractères restant :

Associer une icône