Onglets principaux

Culture Art

Cameroun : Le génie créateur célébré aux « Regards croisés »

C’est dans le cadre du vernissage de l’exposition « Regards croisés » qui se tient à la Galerie MAM de Douala et s’achève à la fin du mois d’octobre.
3 lectures aujourd'hui
192 vues
10/22/2018 - 14:01
0
lucien embom
Journaliste

L’exposition « Regards croisés » est la résultante de plusieurs années de travail. Elle met en vitrine les œuvres artistiques du Camerounais Barthélémy Toguo et du Sénégalais Soly Cissé. La déforestation, la douleur, la violence et l’immigration sont les thèmes abordés par les deux plasticiens. Lors de son passage à la Galerie MAM, l’Ambassadeur de France, Gilles Thibault n’a pas caché son admiration devant les œuvres exposés.

Le public est largement servi à travers les tableaux, les installations, les sculptures et les vidéos. Barthélémy Toguo a vu le jour en 1967 à Mbalmayo. Artiste très dynamique, il vit entre Paris et Bandjoun. Toguo a fait des études à l’Ecole des Beaux-Arts d’Abidjan. Plus tard, le plasticien camerounais s’est inscrit à l’Ecole Supérieure d’Art de Grenoble. Sa formation s’est achevée à l’Académie des Beaux-Arts de Dusseldorf.

Barthélémy Toguo s’est illustré le 13 octobre 2004 lors d’une exposition monographique dans une institution parisienne. Dans l’une de ses scènes baptisée « World Greastest », l’artiste allie la vidéo, le dessin et les sculptures. Toguo exprime ainsi l’emprisonnement, la peur, l’amour et la souffrance. Son œuvre « In the Spotlight » a été exposée à Paris en 2007 dans le cadre de la Foire Internationale d’Art Contemporain (FIAC).

Pour mieux vendre son savoir-faire, Barthélémy Toguo a fondé Bandjoun Station en 2008. Cet espace culturel explore des solutions afin que le continent noir apporte sa contribution à l’art contemporain international. Créé par la biennale de Dakar 2010, l’exposition « Regards croisés » est une initiative des Instituts Français du Cameroun et du Sénégal. Cet événement culturel ferme ses portes à la fin du mois octobre 2018.

 

 

 

Étiquettes: