Onglets principaux

Politique

1976, année de massacre des enfants africains

La marche historique de Soweto 1976 réprimée dans le sang des milliers d'enfants par le régime raciste d'Afrique du Sud, n'a jamais été commémorée à sa juste mesure par les Etats, pas plus que par les organisations de défense des droits de l'homme.
0 lectures aujourd'hui
871 vues
06/16/2017 - 13:26
0
Tobie-Rodrigue Atangana
Journaliste

L'année 1976 devrait marquer dans le continent africain et le monde entier, une date décisive pour la mémoire collective. cette date n'a jamais été commémorée que pour satisfaire les intérêts d'une idéologie suprémaciste de domination culturelle. Le 16 juin de chaque année arrêté par l'Organisation de l'Unité Africaine, commémore la marche de 1976 à Soweto en Afrique du Sud, où des milliers d’élèves africains, descendus mains nues dans la rue pour protester contre la mauvaise qualité de leur éducation et exiger que soit respecté leur droit à recevoir un enseignement dans leur propre langue, avaient été écrasés impitoyablement à coups de canon par un gouvernement raciste. Les célébrations annuelles de ce tragique évènement refusent de façon insidieuse et délibérée de souligner avec emphase les vrais ressorts de cette mobilisation des jeunes dans les rues de Soweto. Il s'est agi d'une lutte pour la défense de son identité culturelle, qui apparait aujourd'hui non seulement comme le gage de l'avenir des peuples, mais aussi et surtout comme un agenda que devrait se donner chaque individu normal, qui fait face au recul programmé de sa culture. L'incinération des enfants d'Afrique du Sud par le feu des balles est un cas d'école, devant orienter les peuples dits opprimés sur leur place réelle dans le monde globalisé. Commémorer la tuerie d'Afrique du Sud de 1976 par des mouvements visant la sensibilisation des dirigeants à la promotion des droits à l'éducation des enfants, est vain et illusoire lorsque cette sensibilisation va dans le sens de la reproduction des valeurs systémiques qui structurent l'ordre mondial actuel. Le premier glissement vers la dénaturation du contenu de la mobilisation des jeunes africains d'Afrique du Sud, est la décision politique de commémoration du massacre de 1976 par le slogan "journée mondiale de l'enfant africain". Ce label occulte la réalité d'un crime contre l'humanité et la dénégation atavique de certaines cultures par la civilisation dite moderne.

                                                                          ©Tobie-Rodrigue Atangana. 

Étiquettes: