Onglets principaux

Politique

CAMEROUN :: Guerre contre Boko Haram : Les journalistes entre deux feux

Face aux attaques terroristes, les chevaliers de la plume hésitent entre le devoir d’informer et la retenue patriotique.   La semaine dernière, le journal Mutations a pris la décision de ne pas relayer les informations contenues dans la vidéo du chef de la secte islamiste, Boko Haram...
0 lectures aujourd'hui
545 vues
02/01/2016 - 11:35
0
Charles NSANA
admin
CAMEROUN :: Guerre contre Boko Haram : Les journalistes entre deux feux

Face aux attaques terroristes, les chevaliers de la plume hésitent entre le devoir d’informer et la retenue patriotique.

 

La semaine dernière, le journal Mutations a pris la décision de ne pas relayer les informations contenues dans la vidéo du chef de la secte islamiste, Boko Haram. Un choix éditorial qui tranche avec d’autres quotidiens locaux qui ont rapporté les propos de Abubakar Shekahau. « Nous avons pour principe de ne pas être un relai amplificateur pour des terroristes. Nous pensons qu’il ne faut pas souffler sur la braise », explique Georges Alain Boyomo, rédacteur en chef du journal Mutations. Ce dernier soutient par ailleurs que « toute vérité n’est pas bonne à dire ». Une assertion que rejette vivement Denis Nkwebo, journaliste et rédacteur en chef adjoint du quotidien Le Jour. Il soutient qu’en relayant uniquement les faits et rien que les faits, le journaliste se met à l’abri de tout parti pris et donc de toute entrave à la déontologie journalistique.

 

« Le journaliste a un rapport étroit avec les faits et non avec la vérité ! Il y a des journalistes ici comme en Occident qui sont ouvertement en guerre  contre l’extrémisme et doivent en assumer les conséquences », souligne vigoureusement Denis Nkwebo. Il ponctue par ailleurs qu’en rapportant seulement les faits sans complaisance, le journaliste ne saurait être en situation de « déligérence » et fait preuve de froideur quant au traitement de l’information, quelle qu’elle soit. Denis Nkwebo en profite pour marteler qu’en prenant le parti de la provocation, les caricaturistes de l’hebdomadaire Charlie Hebdo étaient en dehors de « tout professionnalisme ». « Ce qui, bien évidemment, ne justifie en aucun cas, l’attaque dont ils ont été victimes », insiste-t-il. Pour Guibaï Gatama, directeur de publication du bihebdomadaire L’Œil du sahel, les faits sont sacrés mais à quelques mots près.  

 



© Source : Mutations


 

 

Étiquettes: