Onglets principaux

Société

Cameroun : 352.000 déplacés dans l’Extrême-Nord

C’est le nombre de victimes des exactions de Boko Haram encadrées par l’Organisation Internationale des Migrations (OIM).
0 lectures aujourd'hui
793 vues
07/28/2018 - 12:31
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online
Photo d'illustration

L’OIM continue depuis le début de l’année, d’apporter son soutien aux populations touchées par la barbarie de Boko Haram. L’Organisation Internationale des Migrations s’illustre à travers son projet dénommé Displacement Tracking Matrix ou DTM. Ce qui signifie en français, matrice de suivi des déplacements. La première collecte de données de l’année sur les mouvements et conditions de vie des populations déplacées a eu lieu du 12 au 24 avril 2018.

Elle a estimé à plus de 352 000, le nombre de déplacés dans la région de l’Extrême-Nord. En effet, trois populations cibles sont définies à savoir les Personnes Déplacées Internes (PDI), les Réfugiés hors camp et les Retournés. Chaque population cible a ses spécificités, sa dynamique, ses besoins et ses problématiques.  Les PDI sont des Camerounais qui ont dû se déplacer au sein de leur pays pour des raisons de sécurité ou bien encore des facteurs climatiques.

Les réfugiés hors camps sont des personnes qui sont venus au Cameroun pour fuir l’insécurité ou un conflit dans leur pays d’origine. Ils sont par exemple Nigérians, Centrafricains ou Tchadiens. Finalement, les retournés sont des camerounais qui étaient soit partis à l’étranger ou ailleurs au Cameroun pour les mêmes raisons que les PDI, et qui sont maintenant retournés sur leur zone d’origine. 

 Le DTM est capital pour mieux comprendre la dynamique des déplacements, leur magnitude ainsi que les tendances qui se dégagent à travers le temps et les saisons. Il faut rester prudent quant à l’interprétation qui est faite de chaque augmentation ou diminution des déplacements d’une population cible. Car il peut être difficile d’en cerner les raisons sous-jacentes, qu’elles soient d’ordre climatiques ou sécuritaires.

C’est un travail qui demande une coordination entre les autorités administratives, religieuses, traditionnelles, les ONG et les Nations Unies. Selon Boubacar Seybou, Chef de Mission de l’OIM au Cameroun, son organisation s’efforce de donner un aperçu aussi fidèle que possible à la réalité du terrain. Le Round 13 de la DTM dans l’Extrême-Nord dénombre 238.099 Personnes Déplacés Internes, 83.141 Retournés et 31.681 Réfugiés hors camp. 

Lucien Embom

Étiquettes: