Onglets principaux

Société

Cameroun : Les employés de l’Imprimerie Nationale en grève

Des revendications de paiement de deux mois d’arriérés de salaire et l’amélioration des conditions de travail sont à l’origine de cette grève du personnel.
2 lectures aujourd'hui
875 vues
11/13/2017 - 18:14
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

Les employés de l’Imprimerie Nationale du Cameroun sont en grève depuis ce lundi 13 novembre 2017. Les employés ont délaissé les machines de production et laissé les bureaux vides. D’après des témoignages sur place, les employés de l’entreprise parapublique revendiquent le paiement complet de deux mois d’arriérés de salaire, mais aussi l’amélioration de leurs conditions de travail. « Notre mouvement d’humeur pacifique fait suite au paiement de salaire en dents de scie. Depuis plusieurs mois, les employés alternent 3 à 4 mois de travail contre un pourcentage de salaire généralement obtenu après grève. Aujourd’hui, nous totalisons deux mois d’arriérés. Nous attendons encore les salaires du mois de septembre 2017 », explique Nkoumé Boulemeké, porte-parole et délégué du personnel de l’Imprimerie nationale.

Les grévistes ne supportent visiblement plus cette situation instable. D’aucuns évoquent les difficultés qu’entrainent le non-paiement de leur salaire et leurs mauvaises conditions de travail. « Nous n’avons pas pu normalement envoyer nos enfants à l’école. Certains de nos collègues se rendent au travail à pied et je ne parle pas des autres charges familiales.  Raison pour laquelle, les 361 employés ont décidé de revendiquer leur droit. Et nous n’arrêterons que lorsque nous aurons gain de cause », confie M. Boulemeké.

L’on apprend qu’avant de lancer cette grève, les employés ont adressé, le 11 Octobre dernier, une correspondance au Conseil d’Administration de la structure pour solliciter des solutions à leurs problèmes. Malheureusement, rien de concret n’en a résulté, apprend-on. De quoi alimenter leur détermination à faire grève jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée à leurs problèmes. De son côté, la Direction Générale de l’Imprimerie Nationale ne s’est toujours pas exprimée sur le sujet.

 

Étiquettes: