Onglets principaux

Economie

Cameroun : Boko Haram a fait perdre 90 milliards FCFA au secteur de l’élevage et de la pêche

C’est ce que révèle un rapport du ministère de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales (Minepia), sur les conséquences de la guerre contre Boko Haram sur les secteurs de l’élevage et de la pêche, au cours de la période 2012-2016.
4 lectures aujourd'hui
1,072 vues
11/15/2017 - 17:38
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

L’enquête de terrain des services du Minepia a été conduite dans les départements du Mayo Sava, du Mayo Tsanaga et du Logone et Chari, dans la région de l’Extrême-Nord, entre avril et mai 2016. Le rapport de cette enquête révèle que « l’impact général de cette guerre sur la richesse de la région (de l’Extrême-Nord du Cameroun, Ndlr) est évalué à 89,8 milliards FCFA ». Le document révèle que le secteur de l’élevage à lui seul, a subi des pertes évaluées à 54,882 milliards de francs CFA, soit environ 65% des pertes globales.

Les rapporteurs dénoncent un vrai « désastre », puisque la pêche et, surtout l’élevage, sont la principale activité des populations de cette région du Cameroun. Toujours d’après le rapport, ces pertes sont dues « aux vols, rapts, tueries d’animaux, etc., aux maladies animales et à la baisse de la valeur commerciale des animaux ». Au détail, le document précise que les pertes dues à la baisse de la valeur commerciale des animaux représentent 82% des pertes totales du secteur de l’élevage, contre 15,5% pour les pertes dues aux vols, rapts, tueries des animaux et seulement 2,5% pour les pertes dues aux maladies animales.

Pour le secteur de la pêche, les pertes sont bien moins importantes, malgré les énormes pertes à déplorer. « L’évaluation des impacts sociaux sur les pêches a porté sur l’observation du marché du poisson. On a ainsi pu observer une réduction des captures et, par conséquent, une réduction des quantités commercialisées de moitié tout au long de la période observée, les pêcheurs n’ayant plus accès aux zones de pêche ou tout simplement ayant abandonné l’activité. L’effet cumulé de la réduction a abouti à une perte d’activité évaluée sur le plan financier à 8,5 milliards de francs CFA », apprend-on.

Lors de leurs incursions armées en territoire camerounais, les terroristes du groupe djihadiste ont pris l’habitude d’emporter du bétail en quantité, afin de nourrir leurs troupes, ou d’en faire commerce.

Étiquettes: