Onglets principaux

Actualités

Crise Anglophone : Le Ministre Paul Atanga Nji lance un ultimatum aux sécessionistes

Dans un entretien accordé à la télévision publique ce dimanche 15 avril 2018, le ministre camerounais de la Décentralisation, Paul Atanga Nji, a donné un délai de 30 jours aux militants séparatistes anglophones pour déposer les armes. Passé ce délai, « c’est la loi qui suivra », a-t-il prévenu.
1 lectures aujourd'hui
1,228 vues
04/16/2018 - 15:57
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

L’entretien avec Paul Atanga Nji dans le cadre de l’émission « Actualités Hebdo », diffusé sur la télévision publique, la CRTV, ce dimanche, a été le théâtre de déclarations fortes sur la crise anglophone au Cameroun. Interrogé par Ibrahim Chérif sur cette crise socio-politique sui secoue les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du pays depuis Octobre 2016, le Ministre de l’Administration Territoriale (équivalent du Ministère de l’Intérieur) s’est voulu ferme et autoritaire.

« Le gouvernement camerounais ne dialoguera pas avec les éléments séparatistes dans la région anglophone du pays », a-t-il déclaré. Ajoutant, en guise d’ultimatum, que les séparatistes ont un délai de trente (30) jours pour déposer les armes. Passé ce délai, « c’est la Loi qui suivra », a-t-il prévenu, avec fermeté.

Nommé à la faveur du réaménagement gouvernemental du 02 mars 2018, l’ancien ministre, chargé de missions à la Présidence de la République, a depuis, pris le problème de la crise anglophone à bras-le-corps. A travers notamment, une tournée dans les régions en proie à la crise (Nord-Ouest, puis Sud-Ouest), durant laquelle il a délivré un message d’apaisement de la part du Gouvernement.

« Nous pouvons toujours juguler la crise sans brûler, piller, violer, détruire », avait alors lancé l’émissaire du Gouvernement, à l’endroit des activistes séparatistes. Appelant les miliciens à déposer les armes et se réinsérer dans la vie sociale.

Au cours de l’entretien télévisé, l’invité du jour a également été interpellé sur le sort des leaders sécessionnistes détenus, notamment Sisuku Ayuk Tabe, le président auto-proclamé de l’Etat fictif d’Ambazonie.

« Ces sécessionnistes vivent. Le moment venu, le public va les voir (…) certains sécessionnistes extradés du Nigéria qui avaient 70 kg, ont aujourd’hui 85 kg, voire 90 kg. C’est la preuve qu’ils sont bien nourris. En plus, il y’a des médecins qui passent là-bas pour les regarder. Donc, ils sont bien traités », a indiqué celui qui est par ailleurs, secrétaire permanent du Conseil national de sécurité.

Retrouvez en vidéo ci-dessous, l’intégralité de l’entretien avec Paul Atanga Nji :

Étiquettes: