Primary tabs

Société

Le périple d'un jeune camerounais contraint de quitter son pays à cause de son orientation sexuelle

Nombre de camerounais fuient le pays pour éviter d’être persécutés à cause de leur homosexualité punie par la Loi au Cameroun. En démontre le récit de l’histoire tragique de deux jeunes
2 lectures aujourd'hui
882 vues
12/01/2017 - 10:59
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

Au Cameroun, l'homosexualité comme dans d'autres pays du continent africain, est un délit. Le 31 AOÛT 2016, deux jeunes camerounais, MAMBINGO ANTOINE et KEWOU FRANCK JOEL, respectivement âgés de 29 et 32 ans avaient été arrêtés, alors que les tourtereaux avaient pris rendez-vous dans une auberge a BEPANDA (quartier de Douala). Alors qu'ils étaient dans leur chambre, une foule en furie attendait à l'extérieur, prête à en découdre avec eux.

Seulement, le gérant de l'auberge pour éviter le pire parce que les individus voulaient mettre le feu à l'auberge, fit appel aux agents de force de l'ordre, mais malheureusement ANTOINE pris l'initiative de s'échapper par la fenêtre. La foule en furie le pris en chasse et l'attrapa et se mis à le tabasser tel un vulgaire voleur. Heureusement pour lui, la police intervint. Ensuite la police les embarqua au commissariat du 7ème arrondissement de BEPANDA où ils ont passé quelques jours. Plus tard, on apprendra que le nommé KEWOU FRANCK JOEL avait disparu de la cellule et jusqu'ici les conditions de sa disparition restent encore un mystère.

Son ami MAMBINGO ANTOINE avait été envoyé à la prison de NEW-BELL, où il croupissait depuis à l'attente d'un jugement pouvant le relaxer. Mais cela ne sera plus possible parce que le jeune a été retrouvé mort un matin dans sa cellule de manière tragique. Les causes de sa mort restent encore non élucidées. Néanmoins c'est une fin de calvaire pour ce jeune homme, ce décès de plus vient remettre au gout du jour l’épineux problème des HOMOSEXUELS qui, comme lui, sont incarcérées dans les prisons au Cameroun.

Étiquettes: