Onglets principaux

Actualités

Cameroun – Crise anglophone : 39 sécessionnistes présumés arrêtés au Nigéria

Selon plusieurs informations, une trentaine d’individus de nationalité camerounaise, et présentés comme des activistes séparatistes, auraient été arrêtés au Nigéria, le 5 janvier dernier, par les services nigérians.
1 lectures aujourd'hui
1,591 vues
01/08/2018 - 14:35
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

Des dizaines d’individus présentés comme des militants sécessionnistes du Southern Cameroon national council (SCNC), qui souhaite créer l’Etat d’Ambazonie, avec les Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun, auraient été arrêtés ce vendredi 5 janvier par les services de sécurité nigérians, a-t-on appris ce samedi.  

Selon certaines sources, il s’agit d’individus de nationalité camerounaise, dont l’âge varie entre 30 et 40 ans, et qui étaient arrivés au Nigéria entre le mois de Novembre et de Décembre dernier comme réfugiés fuyant les violences dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun.

Seulement, leur comportement, jugé « étrange » par la Police nigériane, va conduire à leur arrestation. Car, non seulement elles ont refusé de se signaler aux autorités du pays d’accueil comme le font des réfugiés, mais, depuis leur arrivée, elles organisaient « des sessions d’entraînement au maniement des armes à feu », confient des autorités locales.

« Les hommes étranges, qui auraient été hébergés par une femme dans la communauté, ont d’abord été emmenés au quartier général de la police divisionnaire de Gembu où ils ont été interrogés et transférés ici, le quartier général du commandement à Jalingo pour une enquête plus approfondie », rapporte David Missal, porte-parole de la police de l‘État de Taraba, au nord-est du Nigéria.

Arrêtées par l’armée nigérianne dans la ville de Nguroje, dans l’Etat de Taraba, les 39 personnes ont été mises à la disposition de la police de Gembu, une ville voisine, apprend-on de sources policières.

Grace à la collaboration entre les deux Etats, ces individus pourraient être extradés au Cameroun pour répondre de leur acte devant les tribunaux compétents. Mais pour l’heure, ni les autorités nigérianes, ni celles du Cameroun n’ont fait de déclaration pour confirmer ces arrestations.

Étiquettes: