Onglets principaux

Actualités

Cameroun – Crise Anglophone : Nouveau week-end de violences

Au moins une dizaine de personnes ont été tuées dans des affrontements entre militants séparatistes et les forces de défense et de sécurité camerounaises, dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest le week-end dernier
1 lectures aujourd'hui
1,103 vues
07/02/2018 - 15:30
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

Toujours pas d’accalmie dans les violences dans ces régions du Cameroun. Dimanche, 1er juillet, les activistes sécessionnistes ont attaqué la prison de Muea, dans le département du Fako, région du Sud-Ouest. Deux gardes ont été tués au cours de l’assaut, selon un bilan provisoire, rapportent des sources concordantes. Tandis que plusieurs prisonniers en ont profité pour s’évader, apprend-on.

L’intervention des éléments du Bataillon d’Intervention Rapide (B.I.R), corps d’élite de l’Armée camerounais, a permis de reprendre le contrôle de la situation. Provoquant la fuite des assaillants, qui sont seraient sous le coup d’une traque minutieuse des éléments du BIR.

Une autre attaque a été enregistrée, dans la région du Nord-Ouest cette fois, d’après des médias locaux et internationaux citant la cellule de communication du Ministère camerounais de la Défense. Un pick-up transportant des éléments de l’armée camerounaise est tombée dans une embuscade tendue par des séparatistes non loin de la localité de Momo.

Les forces loyalistes ont tout de suite répliqué pour repousser les assaillants. Au moins un soldat a été tué et cinq autres blessés dans les échanges de tirs. Coté séparatistes, on dénombre au moins six individus abattus.

Par ailleurs, un commissariat de police a essuyé un assaut des forces insurrectionnelles ce week-end, à Buea, chef-lieu de la région du Sud-Ouest. Selon des témoignages rapportés par des médias locaux, le commissariat situé dans le quartier de Munya, a été partiellement détruit. Puis, les auteurs ont vandalisé une station-service, non loin de là.

Pour rappel, depuis fin 2017 et le déclenchement des violences dans ces régions, cette crise insurrectionnelle a fait au moins 81 morts dans les rangs de l’Armée. Tandis que plus de cent civils ont été tués dans les affrontements. Plus de 160.000 déplacés internes et environ 34.000 réfugiés au Nigéria voisin, viennent compléter le sombre tableau de ce conflit de basse intensité.

Fin juin, le Gouvernement camerounais a lancé un Plan d’assistance humanitaire d’urgence, afin d’apporter un soutien aux populations des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, principales victimes des violences entre Armée et Séparatistes.

Cameroun : Un Plan d’urgence en faveur des populations victimes de la crise anglophone

Étiquettes: