Onglets principaux

Actualités

Cameroun : 10 morts dans l’attaque du convoi du Ministre de la Défense dans le Sud-Ouest

Au moins 10 séparatistes présumés ont été tués, alors qu’ils attaquaient un convoi du Ministre camerounais de la Défense, ce jeudi 12 juillet 2018, dans la zone de Kumba, région du Sud-Ouest
4 lectures aujourd'hui
2,025 vues
07/13/2018 - 15:29
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

Le convoi du Ministre camerounais de la Défense (Mindef), Joseph Béti Assomo, a été pris pour cible, par des hommes armés, ce jeudi, a-t-on appris de sources sécuritaires. L’attaque a eu lieu près de la localité de Kumba, dans le sud-ouest, alors que le ministre était en visite de travail. En compagnie de six généraux de l’Armée, Joseph Beti Assomo avait pour mission d’évaluer la situation sécuritaire dans la région.

Pour ce faire, la délégation a mis le cap sur un poste avancé de l’armée « small Ekombe », près de la ville de Kumba. Le convoi composé d’une trentaine de véhicules va essuyer une première attaque d’individus armés à mi-chemin. L’assaut est repoussé par les soldats camerounais qui assurent la sécurité du convoi. Jusqu’à ce que la délégation puisse rejoindre le camp militaire camerounais.

Au retour, le convoi est à nouveau pris pour cible par des tirs nourris, apprend-on d’un journaliste du quotidien national Cameroon Tribune, Grégoire Djarmaila, qui faisait partie de l’expédition.

« A peine sortis du camp, nous sommes attaqués. Cette fois, ils se montrent plus nombreux et déterminés », relate le journaliste. Ajoutant qu’« Ils ont concentrés leurs tirs sur le blindé qui transportait le MINDEF ». Mais les miliciens s’attaqueient également aux autres véhicules du convoi. Le journaliste, qui a été blessé au visage par des éclats de vitres, décrit alors « 40 minutes d’enfer », sous les tirs nourris des assaillants.

« Notre chance a été qu’ils utilisaient des armes de chasse (de fabrication artisanale) », poursuit-il. En face, les soldats camerounais ont opposé une résistance farouche.

Dix assaillants auraient été tuées au cours des affrontements, selon des sources sécuritaires. Tandis que quatre soldats camerounais ainsi que le journaliste Djarmaila ont été blessé dans les échanges de tirs, apprend-on.

« Ce sont des sécessionnistes qui se sont pris aux éléments de la patrouille de balayage du convoi du ministre », indique le Colonel Didier Badjeck, porte-parole de l’Armée camerounaise, qui a confirmé les attaques.

En rappel, depuis l’embrasement de la situation sécuritaire dans les régions du Nord-Ouest et du Cameroun, plus de 80 soldats camerounais ont déjà été tués dans ce conflit de basse intensité. En face, une centaine d’activistes séparatistes auraient été neutralisés par l’armée régulière, dans un conflit qui s’enlise à mesure que le temps passe.

Étiquettes: