Onglets principaux

Actualités

Cameroun : Les leaders sécessionnistes présentés devant leurs juges

Pour la première fois depuis leur extradition du Nigéria vers le Cameroun en janvier 2018, les leaders sécessionnistes, dont leur leader, Sisuku Ayuk Tabe, ont fait une apparition publique, ce jeudi, 1er novembre 2018, devant la Cour d'Appel de Yaoundé.  Les 10 coaccusés ont été entendu à huis clos...
5 lectures aujourd'hui
387 vues
11/02/2018 - 13:49
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

Sisuku Ayuk Tabe et 9 de ses compagnons, Sont apparus publiquement pour la première fois ce jeudi à la cour d'appel de Yaoundé. Accompagnés par un important dispositif sécuritaire autour du Palais de Justice du Centre administratif. Selon des témoins qui les ont aperçu, les prisonniers semblent être en bonne santé. « Apparemment ils sont en forme, mais je ne suis pas médecin pour le dire avec certitude», a confié Me John Fru Nsoh, L'un des avocats des présumés terroristes.

Présentés devant le juge à la demande de leurs avocats, les leaders sécessionnistes doivent répondre de plusieurs chefs d'accusation, notamment pour co-action d'actes de terrorisme, hostilité contre la patrie et rébellion, selon l'acte d'accusation. Les coaccusés ont été entendus à huis clos par les juges d’instruction, indiquent des sources proches du dossier.

Les 10 leaders sont accusés d'être les  meneurs  des groupes armés séparatistes qui opèrent dans le nord-ouest et le Sud-Ouest du Cameroun depuis octobre 2016.  Arrêtés en janvier 2018 au Nigeria voisin, les leaders sécessionnistes avait été transférés à Yaoundé. Depuis, ils sont incarcérés dans des cellules du Secrétariat d'État à la Défense, Où ils n'ont reçu aucune visite, en dehors de celles de leur avocat.

Leur comparution au tribunal était l'une des demandes persistantes de leurs avocats.  ces derniers avaient plusieurs fois refusé de plaider si leurs clients n'étaient pas présentés au tribunal. Une demande qui a finalement été satisfaite par les juges après plusieurs envois.

« Vous savez, depuis leur arrestation le 5 janvier au Nigeria, depuis 10 mois, c’est la seule fois où ils ont eu l’opportunité de raconter leur version de l’histoire devant cette cour. C’est le plus beau jour de ma vie en tant qu’avocat et le plus beau jour de leurs vies en tant que personnes accusées pour le fait d’avoir été entendu devant cette cour », a déclaré Me John Fru Nsoh. Exprimant son satisfecit quant à l’avancée de la procédure. « ils doivent être écoutés et non enfermés pour 10 mois », a-t-il ajouté.

Aucours de l’audience, les 10 coaccusés ont introduit une demande de liberté conditionnelle afin de mieux préparer leur défense. Le verdict du tribunal sur leur demande de liberté provisoire a été renvoyé au 15 novembre prochain.

Étiquettes: