Onglets principaux

Actualités

Cameroun : Un missionnaire américain tué dans le Nord-Ouest

De sources concordantes, un missionnaire américain a trouvé la mort mardi, 30 octobre 2018, dans la région du Nord-Ouest, où un violent conflit oppose des groupes séparatistes à l’armée camerounaise.
2 lectures aujourd'hui
362 vues
10/31/2018 - 09:18
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online
Un soldat en patrouille dans la région du nord-ouest

Le décompte des victimes de la crise sécuritaire dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest n’en finit pas. Mardi, des sources sécuritaires, religieuses et sanitaires ont confirmé la mort d’un missionnaire américain dans la région du Nord-Ouest, rapporte l’AFP.

La victime aurait été blessé dans une attaque, après que son véhicule ait été « criblé de balles », mardi dans la localité de Bambui, près de Bamenda, chef-lieu de la région du Nord-Ouest. Il a été ransporté à l’hôpital de Bamenda, après une intervention de Médécins Sans Frontières (MSF) pour évacuer les blessés de l’attaque.

Le religieux a « succombé à ses blessures » mardi après-midi, ont indiqué des sources concordantes. Sur place, des témoins ont relevé un important déploiement des forces de sécurité autour de l’hôpital. L’identité des auteurs de l’attaque demeure pour l’heure, inconnue.

Sur Facebook, la veuve du missionnaire a exprimé sa tristesse. « Mon cher mari, Charles, est désormais avec le Sauveur qu'il a adoré et fidèlement servi pendant de nombreuses années », a écrit Stéphanie Wesco sur sa page Facebook, « le cœur brisé ». « Je veux me réveiller d'un horrible cauchemar », a-t-elle ajouté.

La crise socio-politique en cours dans ces deux régions du pays depuis octobre 2016, s’est mué en conflit armé entre groupes séparatistes et forces de sécurité, courant 2017. Depuis, au moins 175 soldats camerounais ont été tués, au cours des combats. Tandis que plus de 400 civils y ont trouvé la mort, selon des ONG et des associations de défense des droits de l’homme.

Les populations civiles, principales victimes du conflit, fuient les combats. On déplore au moins 300.000 personnes ayant fui leur domicile pour se replier dans d’autres régions du pays ou se réfugier au Nigéria voisin. La situation sécuritaire est telle que seuls 5% des électeurs dans le nord-ouest et 15% dans le sud-ouest, ont pu se rendre aux urnes, le 07 octobre dernier pour élire le Président de la République.

Nul doute que la résolution de la crise sera à nouveau un des principaux chantiers du septennat du Chef de l’Etat, Paul Biya, réélu avec 71,28% des suffrages, au terme du scrutin du 07 octobre 2018.

Étiquettes: