Onglets principaux

Actualités

Cameroun : Une attaque des sécessionnistes repoussée à Ekok

Des individus non identifiés ont attaqué le poste de contrôle de la Gendarmerie d’Ekok, près de Mamfé, dans la Région du Sud-Ouest, ce jeudi 25 Janvier 2018. L’attaque a pu être repoussée grâce à l’intervention des éléments du BIR (Bataillon d’Intervention Rapide).
1 lectures aujourd'hui
3,387 vues
01/25/2018 - 19:11
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

L’attaque s’est déroulé ce jeudi 25 Janvier, autour de 4h30. Les assaillants, munis de fusils d’assauts, ont mené une offensive contre le poste de Gendarmerie d’Ekok, une localité proche de Mamfé, dans le Région du Sud-Ouest. D’après certaines sources sur place, il s’agirait d’activistes sécessionnistes qui agissent dans la région.

Mais, l’attaque a été déjouée, grâce à la riposte des forces de Défense et de Sécurité. Appelés en renforts, les éléments du Bataillon d’Intervention Rapide basés à Eyumojock, un village voisin, ont pu repousser l’attaque du commando ennemi.

Malheureusement, le véhicule ouvrant le convoi de renforts du BIR a rencontré un engin explosif de fabrication artisanale, sur la route qui les menaient à Ekok. Trois soldats de ce corps d’élite ont été blessés dans l’explosion. Ils sont actuellement pris en charge à Douala, ou ils ont été immédiatement évacués.

Du côté des assaillants, aucune information ne fait état de morts enregistrés, ni d’interpellations. Mais la situation est maintenant sous contrôle. Même si on enregistre quelques pertes matérielles dans les postes de douanes et de gendarmerie d’Ekok, après le passage des militants séparatistes.

Dans la Région du Sud-Ouest, comme dans celle du Nord-Ouest du Cameroun, les attaques de ces groupuscules armés sont de plus en plus fréquentes depuis plusieurs mois. La tension ne cesse de grimper. Causant d’importantes pertes en vies humaines, tant du côté des forces de Défense et de Sécurité, que des militants sécessionnistes. Les projets de partition de ce territoire du Cameroun passant en effet mal auprès des autorités de Yaoundé.

Étiquettes: