Onglets principaux

Actualités

Crise anglophone : Charlotte Dipanda invite les autorités à écouter les revendications des populations

Dans un entretien accordé à la chaine de télévision privée Equinoxe, l’artiste camerounaise s’est dite préoccupée par la situation sécuritaire qui prévaut dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun
0 lectures aujourd'hui
856 vues
06/20/2018 - 18:03
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

La crise socio-politique en cours dans les ces régions du pays interpelle tout le monde. Lundi, la chanteuse camerounaise, Charlotte Dipanda, s’est dite profondément concernée et touchée par le conflit de basse intensité qui entraine notamment, plusieurs victimes civiles.

« Je me sens complètement camerounaise. Il n’y a pas de raison que je sois insensible à ce qui se passe dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest », a déclaré la chanteuse du tube à succès "Coucou". « J’ai envie de dire aux populations de ces régions que je pense à eux et qu’il ne faudrait pas qu’ils se sentent isolés parce que tous les jours les Camerounais meurent », a-t-elle ajouté.

Poursuivant, la jeune artiste a également adressé un message en direction des autorités camerounaises. Lançant ainsi un plaidoyer pour le dialogue comme solution à la crise. « Je pense qu’il faut écouter ce que les populations de ces régions-là ont envie de faire passer comme message. Il faut vraiment être à l’écoute et je leur souhaite vraiment de trouver cet apaisement-là que les tensions s’estompent. Parce qu’on sait quand est-ce qu’on commence une guerre mais on ne sait jamais quand est-ce qu’elle se termine ni comment elle va évoluer », a-t-elle souhaité

Charlotte Dipanda s’inscrit ainsi en droite ligne avec les appels au dialogue de l’Union Africaine, et des Nations Unies pour une résolution pacifique de la crise dite anglophone au Cameroun.

Pour mémoire, depuis Octobre 2016, un mouvement insurrectionnel est né de revendications corporatistes pour l’amélioration des conditions de vie des enseignants et avocats d’expression anglaise, dans ces régions. Malgré quelques solutions apportées par le Gouvernement, et jugées insuffisantes par des acteurs de la société civile, ainsi que des groupes sécessionnistes, la crise est depuis, devenue un conflit armé.

Sur le terrain, des combats quotidiens entre soldats camerounais et séparatistes armés. Causant plus d’une centaine de victimes civiles, ainsi que des milliers de déplacés internes et des milliers d’autres réfugiés au Nigéria voisin, du fait des violences.

Étiquettes: