Onglets principaux

Actualités

Crise anglophone : Sisiku Ayuk Tabe et 46 autres sécessionnistes entre les mains de la justice camerounaise

Le leader auto-proclamé de l’Ambazonie, Sisiku Ayuk Tabe a été transféré au Cameroun, en compagnie de 46 autres activistes de son mouvement insurrectionnel, a confirmé le Ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, au cours d’un point de presse, ce lundi 29 Janvier 2018
0 lectures aujourd'hui
2,516 vues
01/30/2018 - 12:41
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

Le leader séparatiste camerounais Sisiku Ayuk Tabe, et les 46 autres qui l’accompagnent avaient été arrêtés au Nigéria le 05 Janvier dernier, par les autorités nigérianes. Depuis lors, des rumeurs persistantes faisaient état d’une possible extradition de ces individus considérés comme terroristes au Cameroun. Un mandat d’arrêt international avait d’ailleurs été émis avant par les autorités de Yaoundé. Fin de cavale donc pour Ayuk Tabe et ses camarades. Puisqu’ils viennent d’être transférés vers le territoire camerounais, confirme le Porte-parole du Gouvernement camerounais.

« Le gouvernement annonce qu’un groupe de 47 terroristes, au rang desquels M. Sisiku Ayuk Tabe, se trouvent depuis quelques heures aux mains de la justice camerounaise devant laquelle ils devront répondre de leurs crimes », a déclaré le Ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, lors d’un point de presse, ce lundi 29 Janvier, dans son cabinet.

Le Porte-parole du Gouvernement a saisi cette occasion pour saluer l’excellente coopération qui existe avec la République fédérale du Nigeria, notamment dans le domaine de la sécurité. Soulignant ainsi « la détermination des gouvernements des deux pays, sous la houlette de leurs chefs d’État respectifs, à ne jamais tolérer que leurs territoires servent de base à des activités de déstabilisation dirigées contre l’un d’entre eux ».

Selon des sources proches du dossier, Ayuk Tabe et ses lieutenants sont arrivés à Yaoundé, sous bonne garde depuis jeudi soir, par vol spécial en provenance du Nigeria. Pris en charge par un groupement des services de renseignement, ils ont ensuite été répartis dans plusieurs lieux de détention de la capitale camerounaise. Le chef de file, lui, serait détenu dans une cellule du Secrétariat d’Etat à la Défense (SED) autour duquel la sécurité a été renforcée.

En dehors des neuf personnes arrêtées en compagnie de Sisiku à Abuja, l’identité de la trentaine d’autres individus n’a pas été révélée. 

Reste donc à la justice de prendre le dossier en charge, afin que ces individus considérés comme terroristes, puissent répondre de leurs crimes. Des crimes sans doute liés aux multiples assassinats des éléments des forces de sécurité et de défense, perpétrés dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, ces derniers mois. Mais aussi des édifices publics (dont des écoles), détruits, incendiés, pillés. Ou encore des exactions contre les populations locales. Des crimes et infractions attribués aux activistes séparatistes menés par Ayuk Tabe.

Étiquettes: