Onglets principaux

Actualités

Crise anglophone : Trois gendarmes abattus par les sécessionnistes à Mamfe

Selon des sources concordantes, le commandant de la brigade de gendarmerie de Ndando (Sud-Ouest) deux gendarmes appartenant à cette unité auraient été tués par des activistes séparatistes dans la localité de Mamfe, Région du Sud-Ouest, dans la nuit de lundi à ce mardi 26 Décembre 2017.
2 lectures aujourd'hui
2,680 vues
12/27/2017 - 16:35
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

Trois gendarmes ont été abattus dans la localité de Mamfe dans le Sud-Ouest, par des activistes séparatistes du Southern Cameroon National Council (SCNC). D’après les informations relayées par l’Agence de Presse Africaine, l’attaque serait survenue dans la nuit de lundi à Mardi.

Le commandant de la brigade de gendarmerie de Ndando ainsi que deux de ses éléments sont les victimes de cette attaque des militants sécessionnistes. De nouvelles attaques meurtrières qui portent à vingt le nombre minimum d’éléments des forces de défense et de sécurité de l’Armée camerounaise tués par ces activistes en moins de deux mois.

Ces dernières semaines en effet, on observe une escalade des violences dans les Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Les sécessionnistes s’étant constitués en milices armée qui prennent d’assaut les positions de l’Armée sur le terrain, assassinant sauvagement des soldats et perpétrant des actes jugés terroristes par les autorités, à travers l’explosion de bombes artisanales, ou encore l’incendie criminel des édifices publics, dont des établissements scolaires.

De son côté, l’Armée organise la riposte et repousse les attaques des « terroristes », en les repoussant dans leurs retranchements. Plusieurs militants de la partition du pays ont déjà trouvé la mort dans ces ripostes, tandis qu’un nombre encore plus important a déjà capturé et embastillé.

De nouvelles violences qui interviennent dans un contexte où la Secrétaire Générale du Commonwealth vient d’effectuer un séjour de cinq jours au Cameroun pour essayer de concilier les positions. La diplomate, qui s’est entretenue avec le Président Biya, a également rencontré les leaders politiques de l’opposition, de la société civile. Patricia Scotland s’est également rendue dans le Sud-Ouest pour consulter les chefs locaux, tout en appelant l’ensemble des parties au dialogue, afin de maintenir la paix et l’unité du Cameroun.

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’avec la radicalisation des positions, le dialogue semble aujourd’hui quelque peu compromis.  

 

Étiquettes: