Onglets principaux

Actualités

Décès de Mgr Bala : Les premières conclusions de l’enquête judiciaire

C’est la quintessence du communiqué de presse du Procureur Général près la Cour d’Appel du Centre. La correspondance, datée de ce 04 juillet 2017, donne les conclusions des différentes autopsies réalisées sur le corps de l’évêque de Bafia.
1 lectures aujourd'hui
1,566 vues
07/04/2017 - 15:46
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

L’opinion nationale attendait les conclusions de l’enquête de la justice camerounaise sur cette macabre affaire. Ce mardi 4 juillet donc, le Procureur a rendu public les conclusions des autopsies réalisées afin de déterminer la cause de la mort de Mgr Jean Marie Benoit Bala. Le communiqué nous apprend qu’une première autopsie a été pratiquée par des médecins locaux les 2 et 22 juin 2017. Suite à cela, poursuit le communiqué, « il a été décidé de recourir à une expertise internationale via INTERPOL ». L’organisme international aurait donc dépêché deux médecins légistes au Cameroun pour procéder à une seconde autopsie. Ils sont arrivés au Cameroun le 29 juin 2017 et après « un examen approfondi », ils ont livré leurs conclusions.

Le Procureur près la Cour d’Appel du Centre nous fait part de leurs conclusions. « Ils ont relevé l’absence de toutes traces de violence sur le corps du défunt et ont conclu à cet égard que la noyade est la cause la plus probable du décès de l’Evêque », peut-on lire. Jean Félix Ntamack nous apprend également que suite à ces conclusions, le corps du défunt a été remis à l’Eglise catholique pour procéder à son inhumation.

Pas sûr que ces conclusions satisfassent les autorités de l’Eglise camerounaise. En effet, à l’issue d’un conclave le 13 juin 2017, la Conférence Nationale Episcopale du Cameroun avait elle évoqué un « crime odieux et inacceptable », affirmant que le prélat a été « brutalement assassiné ». C’est dans le même ordre d’idées que le Président de la Conférence Episcopale, Mgr Samuel Kléda, prenant la parole le 28 juin, réclamait que « justice soit faite ».

Toutefois, l’enquête ouverte pour « mort suspecte » n’est pas encore close. Puisqu’à en croire le Procureur, « les investigations en vue de déterminer les circonstances exactes de ce drame, se poursuivent », rassure M. Jean Fils Ntamack.

Étiquettes: