Onglets principaux

Actualités

Double attentat à l’Extrême Nord du Cameroun : au moins 14 morts et 35 blessés

L’attentat survenu dans la nuit du mercredi 12 au jeudi 13 juillet 2017 a fait 14 morts, dont 2 kamikazes selon le bilan officiel. Le communiqué officiel du gouvernement camerounais fait également état de 35 personnes blessées qui sont actuellement prises en charge dans les formations sanitaires de...
0 lectures aujourd'hui
2,998 vues
07/14/2017 - 13:27
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

Le communiqué de presse du Ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, rendu public ce jeudi 13 juillet 2017, nous renseigne sur les circonstances de ces évènements tragiques. Selon le récit des faits, les événements se sont déroulés dans la nuit du 12 au 13 juillet 2017 dans la ville de Waza, dans le département du Logone-et-Chari, région de l’Extrême Nord.

L’explosion a été déclenchée par un kamikaze de sexe féminin autour de 22h30 mercredi soir, sur un site de regroupement des camionneurs situé sur l’axe central de la ville. Un lieu très fréquenté où se trouvent des restaurants, des "call-box" et des bars. La déflagration aurait donc laissé au moins 12 civils sur le carreau et blessé plus de 35 autres.

Pendant ce temps, une autre femme kamikaze se dirigeait vers le camp du Bataillon d’Intervention Rapide (B.I.R) de Waza avec l’intention de déclencher une autre charge explosive. Mais, nous apprend le communiqué, elle a été abattue par les commandos du BIR avant d’avoir pu accomplir sa basse besogne. Toujours selon le communiqué, une équipe de démineurs va par la suite, s’atteler à désamorcer sa charge explosive.

Par ailleurs, une source administrative locale a indiqué à l’AFP que « la situation de certains blessés est assez grave ». Selon l’ONG Médecins Sans Frontières, la plupart d’entre eux ont été conduits vers les formations sanitaires de la ville de Mora. Ceux dont les blessures étaient plus graves et nécessitaient des opérations chirurgicales ont été transférés à l’hôpital de Maroua.

Au demeurant, Ces attaques sporadiques de la secte islamiste Boko Haram dans cette région viennent témoigner de ce que même affaiblis, ses membres gardent toujours une certaine capacité de nuisance. Les actions conjointes de l’armée camerounaise et des pays de la région du Bassin du Lac Tchad ont considérablement réduit les forces ennemies. « De fait, Boko Haram, poussée dans ses derniers retranchements par la puissance de feu de l’armée camerounaise, est aujourd’hui réduite à perpétrer des actes de couardise et de lâcheté, à l’instar de ceux qui viennent de se produire dans la ville de Waza », conclut le porte-parole du Gouvernement, Issa Tchiroma Bakary.  En tout état de cause, l’heure est donc à une vigilance de tous les instants.

 Lire aussi : Terrorisme - Semaine sanglante dans la région de l’Extrême-Nord, le Gouverneur exhorte à plus de vigilance pour renforcer la sécurité

 

Étiquettes: