Onglets principaux

Afrique

CEDEAO : accord de principe pour l’adhésion du Maroc

C’est ce qui est ressorti ce dimanche 05 mai 2017, de la 51ème conférence de l’organisation régionale ouest-africaine. Le Maroc, qui en avait formulé la demande en février, se voit donc progressivement intégrer la zone de libre-échange de la sous-région.
2 lectures aujourd'hui
1,152 vues
06/05/2017 - 15:04
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

Réunis en conférence ce dimanche 05 mai à Monrovia, les chefs d’Etats et de gouvernement devaient examiner entre autres points à l’ordre du jour, la demande d’adhésion du Maroc. Une demande que Rabat avait formulée en février dernier, après avoir réintégré l’Union Africaine un mois plus tôt. Cette décision s’inscrit dans « la vision royale de l’intégration régionale comme clé de voute du décollage économique de l’Afrique (...), intervient dans la droite ligne de la politique africaine du souverain, couronnée par le retour du royaume à l’Union africaine », indiquait un communiqué du ministère marocain des affaires étrangères et de la coopération au moment de la demande d’adhésion.

Réunis en conférence donc, les dirigeants ouest-africains ont donné leur accord de principe à l’adhésion du Maroc au sein de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Le roi Mohammed VI a été invité par ses pairs d’Afrique de l’Ouest à prendre part à la prochaine session ordinaire de la CEDEAO.  

Passé cette phase politique concluante, s’ouvre désormais une phase juridique qui en précède une autre, cette fois-là, technique. Il est donc maintenant question pour les organes de la CEDEAO de définir le cadre juridique d’application de l’accord d’adhésion. Suivi de la phase technique de négociations sectorielles.

Des intérets communs...

Le Royaume Chérifien est donc en passe d’intégrer la zone de libre-échange de cette région. Il pourra notamment bénéficier d’exonérations de taxes douanières, tant à l’importation qu’à l’exportation. La libre circulation des biens et services, ainsi que les facilités d’accès aux matières premières de la région sont essentielles. Le Maroc, premier investisseur de l’Afrique de l’Ouest, y a un véritable rôle à jouer. Déjà, un projet de gazoduc devant relier le Maroc et le Nigéria, en traversant les pays de la région, est en cours.

Réciproquement, le Maroc apportera son expertise en matières de produits manufacturés et de système bancaire. Il offrira également, avec sa façade maritime sur la méditerranée, une ouverture sur la mer et les pays arabes. Ce qui créera davantage de débouchées pour les économies des pays ouest-africains.

Les prochaines étapes seront donc essentielles. Sous la supervision de Faure Gnassingbé, nouveau président en exercice de la CEDEAO, élu par acclamation et pour un mandat d’un an, ce 05 mai par ses pairs.  

Lire aussi : Faure Gnassingbé prend les commandes de la CEDEAO

 ©Michael BIYA

Étiquettes: