Onglets principaux

Economie

Cameroun - budget 2019 : Les orientations présidentielles

Dans une circulaire signée le 20 juin 2018, le Chef de l’Etat souhaite que la croissance commence à remonter dès l’année prochaine.
0 lectures aujourd'hui
1,023 vues
06/21/2018 - 14:39
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

Le processus d’élaboration du budget de l’Etat pour l’exercice 2019 s’inscrit dans la mise en œuvre de la politique de développement économique, social et culturel de la Nation. Elle-même sous-tendue par le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (DSCE). Il devra de manière générale, intégrer les exigences du Programme Economique et Financier conclu avec le Fonds Monétaire International en vue de la consolidation d’une croissance économique inclusive.

Le budget de l’Etat pour l’exercice 2019 devra, en outre, prendre en compte les plans régionaux, communaux et intercommunaux de développement dans le but d’accélérer la politique de l’Etat en matière de décentralisation et de développement local. Un accent particulier devra être mis sur la mise en œuvre sur le parachèvement du Plan d’Urgence Triennal pour l’accélération de la croissance (PLANUT), l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019, l’exécution du « Plan Triennal Spécial Jeunes » 2017-2019 et le soutien aux populations des régions affectées par les crises sécuritaires.

La préparation du budget 2019 devra intégrer les actions contenues à titre transitoire dans le prochain triennat (2019-2021) du vaste Plan de modernisation des finances publiques mis en œuvre par le Gouvernement. Ce triennat, qui finalise la mise en place de la deuxième phase de la Vision 2035, devra permettre de consolider l’usage du Budget Programme, aussi bien dans son processus de préparation et de présentation, que d’exécution des activités y contenues et d’évaluation de leurs performances.

Au cours de l’année 2019, l’objectif majeur reste la consolidation de la croissance pour la rendre plus forte, durable, inclusive et génératrice d’emplois. Les leviers d’action devront prioritairement porter sur la modernisation de l’appareil de production, la promotion des activités agropastorales et agroindustrielles, l’amélioration des capacités d’offre dans le domaine énergétique, l’amélioration de la compétitivité des entreprises et du climat des affaires, l’amélioration de l’accès au financement, la promotion des industries locales et la transformation accrue des produits locaux.

Lucien Embom

Étiquettes: