Onglets principaux

Economie

Cameroun : Enormes pertes économiques, du fait de la crise anglophone

La situation sécuritaire dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, émaillée d’affrontements violents et réguliers entre groupes séparatistes et forces de sécurité, causent d’énormes pertes économiques aux entreprises de la zone, selon une enquête réalisée par le Groupement Inter-patronal du...
19 lectures aujourd'hui
231 vues
09/14/2018 - 11:23
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

Le rapport publié ce jeudi, 13 septembre 2018, par le patronat camerounais, fait état de lourdes pertes économiques pour les entreprises exerçant dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du pays. Un rapport qui découle d’une enquête menée par le Groupement Inter-Patronal du Cameroun (GICAM) auprès des entreprises. Des pertes imputables, selon le document, à « l’escalade des violences » dans ces régions depuis octobre 2016.

Les opérations « villes mortes », correspondant souvent à la fermeture des commerces et activités, ou encore la coupure du signal Internet durant 03 mois (entre Janvier et Mars 2017), sont autant de problèmes dont les entreprises ont subi les contrecoups.  A cela s’ajoutent, des attaques ciblées contre les structures économiques, et les attaques contre les employés et responsables d’entreprises. L’objectif, pour les groupes armés de la région, étant de paralyser l’activité économique dans ces régions.

De fait, 86% des entreprises concernées par l’enquête du GICAM affirment que la crise dans ces régions a des répercussions négatives très importantes (50%), et importantes (36%) sur leurs activités. Le tout, pour des pertes globales estimées à 2,153 milliards FCFA en termes de destructions de biens immobiliers, de matériels roulants et meubles.

Le manque à gagner en termes de chiffres d’affaires est estimé à 269,056 milliards FCFA, concernant principalement, les secteurs des industries agroalimentaires, agro-industries locales, télécommunications, filière café – cacao, services agricoles et distribution.

Dans le détail, la filière café – cacao accuse une perte de 56 milliards (20%) de recettes d’exportation. Alors même que le Sud-Ouest représente notamment 45% de la production cacaoyère nationale, tandis que le Nord-Ouest est le principal bassin de production du café arabica avec plus de 70% de la production nationale, indique le rapport.

Des pertes qui concerne aussi les industries de transformation locale des produits de la filière café-cacao. A la veille du déclenchement de la crise, il était projeté un taux de transformation locale de 52% à l’horizon 2020 avec quatre usines désormais opérationnelles. Cependant, La cessation d’activité envisagée par ces entreprises représenterait une perte de chiffre d'affaires de l’ordre de 10,8 Milliards de FCFA, selon le rapport du patronat camerounais.

Les agro-industries elles, accusent également de grosses pertes économiques.  Premier employeur du pays après l’Etat, la Cameroon Development Corporation (CDC) déplore plus de 01 milliard de biens détruits et 12 milliards de manque à gagner.

Dans le secteur des télécommunications, l’enquête fait état de 300 millions F CFA d’équipements détruits et plus d’un milliard F CFA de manque à gagner par mois.

Sur le plan social, on dénombre déjà 6 434 emplois déjà perdus sur les sites en arrêt de production des agro industries. Tandis que près de 8 000 emplois relevant du secteur formel sont aujourd’hui menacés, principalement au sein des entreprises agro-industrielles.

Au demeurant, le GICAM préconise des mesures pour résorber la crise économique induite par la dégradation de la situation sécuritaire. Notamment, le renforcement des mesures de sécurisation, le soutien aux unités encore opérationnelles dans ces Régions, la réduction des répercussions à l’ensemble de l’économie et le relèvement économique post crise des deux Régions.

Étiquettes: