Onglets principaux

Economie

Faillite de Renaprov Finance SA: Info ou Intox

Depuis quelques jours des rumeurs sur la toile feraient état de la Banqueroute de l'Entreprise citoyenne RENAPROV FINANCE SA. Qu'en est-il exactement?
1 lectures aujourd'hui
3,241 vues
01/23/2017 - 12:57
0
Christine MBENGONO
rédactrice Cameroun-online
Faillite de Renaprov Finance SA: Info ou Intox

Les faits...

Entreprise citoyenne de microfinance depuis 1996, Renaprov finance SA fait, depuis quelques jours, (à tort ou à raison), l'objet de rumeurs sur une éventuelle faillite. Ces rumeurs qui ont commencé sur la toile dévoilent des messages tels que : "Renaprov en faillite, les agences de Bafoussam déjà fermées. Faites circuler le message pour prévenir vos proches." "Demandez à vos proches de retirer leur argent chez Renaprov, ils sont en faillite !"

Pendant que, les clients s'affolent, le citoyen lambda s'interroge : "ont-ils réellement fait faillite ?" "ces rumeurs ne viendraient-elles pas du fait, qu'ils aient récemment licencié un bon nombre de leur personnel ?", "qui essaie de nuire à cette Entreprise ? et pourquoi ?"...

Interrogés sur la question d'une éventuelle banqueroute, les Responsables de ladite microfinance démentent avec véhémence : "C'est une fausse rumeur ! Il n’y a pas de fermeture ! Renaprov Finance S.A est avec vous depuis 20 ans et nous resterons avec vous parce que vous nous faîtes confiance !"

Que prévoit la loi ?

Depuis le début de cette année, une vaste campagne de sensibilisation sur l'usage des réseaux sociaux, est lancée par le MINPOSTEL. Elle touche les opérateurs MTN, ORANGE et NEXTTEL. Cette campagne est dirigée par Madame la ministre Minette Libom Li Likeng qui estime que ;" il est plus qu’urgent que les Camerounais adoptent des comportements citoyens et responsables dans l’utilisation de cet outil moderne de communication, devenu incontournable ». 

A propos justement de comportement et de responsabilité, le Code pénal, en son article 133 stipule qu’est « puni d’un emprisonnement de trois mois à trois ans et d’une amende de 100 000 FCFA à 2 millions FCFA, celui qui émet ou propage des nouvelles mensongères, lorsque ces nouvelles sont susceptibles de nuire aux autorités publiques et à la cohésion nationale ». Au Code pénale, s’ajoute la loi n° 2014/028 du 23 décembre 2014 portant répression des actes de terrorisme et la loi n° 2010/012 du 21 décembre 2010 relative à la cyber sécurité et la cybercriminalité au Cameroun.

Pour ce qui est de Renaprov finance SA, nous souhaitons que ce mauvais vent passe afin que la microfinance continue d’être au service des hommes et des entreprises et rehausse ainsi l’Economie de notre pays !

©Krysteen krys

 

Étiquettes: