Onglets principaux

Media et Tic

Médias : Le ministre de la communication dénonce l’acharnement médiatique de Jeune Afrique contre le Cameroun

Face à la presse ce jeudi 19 avril 2017, Issa Tchiroma a dénoncé « l’hostilité éditoriale » et « l’acharnement délibéré » dont ferait preuve l’hebdomadaire panafricain Jeune Afrique à l’égard du pouvoir de Yaoundé.
1 lectures aujourd'hui
1,798 vues
04/20/2017 - 17:16
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

« J’ai conseillé à Paul Biya de ne pas se représenter, et j’en paie aujourd’hui le prix fort », la récente Une de l’hebdomadaire Jeune Afrique est la goutte d’eau qui semble avoir déborder le vase. Devant un parterre d’hommes de médias, le ministre camerounais de la communication s’est ému du fait que ces dernières années, l’hebdomadaire a multiplié des publications visant, selon ses mots, à « détruire la stabilité de nos Institutions, saper nos valeurs et travestir la perception que le monde entier peut avoir de notre Nation ». Concernant le cas Marafa Hamidou Yaya dont le journal a publié une interview exclusive, le MINCOM a tenu à rappeler les circonstances des faits qui ont conduit à sa condamnation de 20 ans de prison. Condamnation survenue après qu’il ait été reconnu coupable de complicité intellectuelle et détournement de deniers publics d’une valeur d’environ 14,5 milliards de francs CFA, somme destinée à l’acquisition d’un avion pour les déplacements du Chef de l’État.

“Acharnement délibéré”

Issa Tchiroma a par ailleurs exhumé un certain nombre de ce qu’il qualifie de “flèches décochées” par l’hebdomadaire Jeune Afrique. Il a ainsi recensé les différentes Unes du journal portant sur le Cameroun entre 2011 et 2017. Il fait le constat selon lequel toutes ces Unes sont de nature péjorative, dépreciative et sujettes à polémique. Le president Paul Biya, son épouse et sa famille y sont dépeints à chaque fois sous de sombres traits peu reluisants. Tout comme cette propension du journal à travers ses édito à vouloir confronter les groupes ethniques et sociaux. Aussi, a t-il fustigé “l’hostilité éditoriale dont ce journal fait montre dans le traitement qu’il fait de toute actualité concernant notre pays”. Le porte-parole du gouvernement s’est offusqué de ce que Jeune Afrique ne présente jamais les actions positives et le meilleur visage du Cameroun. Citant pele-mele les projets structurants portés par le president Paul Biya, la lute contre Boko Haram, l’accueil des réfugiés, l’activité diplomatique du Cameroun ou encore la récente victoire des Lions Indomptables à la CAN, le ministre a constaté que le journal ne s’y interesse guère. C’est donc fort de ce constat qu’il a dénoncé “un acharnement délibéré”, avant de s’interroger sur les “mobiles et les raisons profondes” d’une telle hostilité de la part de Jeune Afrique et de ses “mentors et autres commanditaires”.

In fine, le ministre de la communication a donc demandé au peuple camerounais de “de demeurer vigilants face à toutes ces entreprises de manipulation et d’instrumentalisation”, car, dit le ministre, meme si le Cameroun n’est pas parfait, il n’est pas ce pale tableau qui est décrit dans ce media.

Lire l’intégralité de la communication gouvernementale ici

©Michael BIYA

Étiquettes: