Onglets principaux

Monde

Donald Trump(e) Sassou N’Guesso : Audace ou désaveu, les faits!

Selon un communiqué du porte-parole de la présidence congolaise Thierry Moungalla daté du 26 décembre 2016, le président congolais devait s’envoler lundi 27 décembre 2016 pour les Etats-Unis à la rencontre du président américain nouvellement élu Donald Trump. Une rencontre qui selon toute...
6 lectures aujourd'hui
10,846 vues
12/29/2016 - 16:53
0
Bryce Leonce MBOE
Rédacteur Cameroun-online
Donald Trump(e) Sassou N’Guesso : Audace ou désaveu, les faits!Donald Trump(e) Sassou N’Guesso : Audace ou désaveu, les faits!

Selon un communiqué du porte-parole de la présidence congolaise Thierry Moungalla daté du 26 décembre 2016, le président congolais devait s’envoler lundi 27 décembre 2016 pour les Etats-Unis à la rencontre du président américain nouvellement élu Donald Trump. Une rencontre qui selon toute vraisemblance n’aura finalement pas lieu pour des raisons troubles.

Après le Bindoung Mpkwatt Challenge sommes-nous en train de nous diriger vers un Sassou ridicule challenge. Le président américain nouvellement élu aurait au préalable accepté un rendez-vous avec Denis Sassou N’Guesso mais pas entend que Chef d’Etat, mais plutôt comme président du comité de haut niveau de l’Union africaine sur la Libye pour justement traiter des questions de la crise libyenne. Il se serait ravisé quand des opposants du président congolais lui présenteront celui-ci comme un dictateur avéré assoiffé de pouvoir. On aurait dit un excès de zèle de la part du président Denis Sassous N’Guesso qui voulait présenter à la face du monde son pouvoir relationnel en étant le second chef d’Etat Africain après son homologue égyptien Abdelfatah Al-Sissi à rencontrer Donald Trump depuis son élection, et ceci avant son investiture.

Donald Trump a t’il prévu de recevoir Denis Sassou N’Guesso ?

Cela reste pour le moment un secret des dieux. Toujours est-il que selon l’agence Reuters qui a joint Hope Hicks, une porte-parole du président élu américain, aucun tête-à-tête de ce genre n’a été prévu, Donald Trump n’ayant par ailleurs organisé aucune rencontre avant le 20 janvier, date de son investiture. Contacté par RFI mardi soir, le ministre congolais des affaires étrangères, Jean-Claude Gakosso, avait pourtant assuré que la rencontre aurait bien lieu à Miami, sans donner de détails. Le ministre Moungalla avait lui aussi confirmé la rencontre en décrivant Donald Trump comme un pragmatique, voulant « échanger avec un des acteurs principaux sur le continent, capable de lui donner des précisions sur les situations libyenne et africaine ».

"Il ne savait pas à qui il avait à faire !"

D'après le site Paris match une rencontre avait bien été prévue entre les deux hommes. Mais grâce à des manœuvres visant à discrédité le président Sassou N’Guesso, ses opposants vont réussir à alerter l’équipe Trump en présentant certains rapport d’ONG notamment un dossier très épineux sur la torture du sergent Jugal. Celui qui était présenté comme l’interlocuteur idéale pour traiter du problème libyen s’avère être un dictateur, abonné présent au club des « présidents à vie ». La crédibilité de Sassou-Nguesso sur la scène internationale semble sévèrement entachée. Ce qui va préoccuper l’équipe de Trump qui se rétracte.

Le cauchemar de Sassou commence.

La visite est annulée à la dernière minute. Car les proches de Trump jugent que cette rencontre serait un opprobre pour le président américain. Une entrevue avec un dictateur serait un mauvais signal envoyé à l’opinion publique internationale. L’idée même qu’une visite ait pu être envisagée sort de l’esprit des équipes Trump. Le désaveu est complet lorsqu’un porte-parole du président américain répondant à l’agence Reuters dira que la rencontre « n’a jamais été programmée. » Sassou humilié par le très controversé président américain élu Donald Trump. Et voilà la Libye victime collatérale d’une histoire floue.

©Candide LLV  

Étiquettes: