Onglets principaux

Politique

Accidents de la circulation : Des mesures d’urgence pour stopper la saignée

Face au nombre croissant d’accidents de la route et des pertes en vies humaines et matérielles enregistrées, le Gouvernement s’engage à prendre des mesures pour résorber ce problème
2 lectures aujourd'hui
1,283 vues
09/11/2017 - 11:40
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

La situation sur les routes nationales du Cameroun est particulièrement alarmante. Depuis le début de l’année 2017, l’on dénombre 4190 accidents dont 179 mortels, 784 corporels et 3227 matériels. Un chiffre en nette progression par rapport aux années précédentes. On peut être davantage plus inquiet lorsqu’on se rend compte que pour le seul mois d’Aout, pas moins de 626 accidents ont été enregistrés sur nos axes routiers. Avec un bilan humain particulièrement meurtrier. En effet, au moins 98 personnes ont perdu la vie des suites d’accident de la circulation durant ce mois d’Aout. A cela s’ajoute d’importants dégâts matériels à déplorer. De quoi tirer la sonnette d’alarme.

Des mesures pour résorber le problème

Face à cette situation urgente, le Gouvernement a décidé de prendre le problème à bras le corps. Devant la presse ce jeudi 07 septembre 2017, le Ministre de la Communication, Porte-parole du Gouvernement, a tenu à « présenter les mesures prises par le Gouvernement pour y remédier de manière à la fois durable et radicale ». Poursuivant, Issa Tchiroma Bakary fait savoir qu’il s’agit tout d’abord « d’assainir le circuit d’obtention et de délivrance du permis de conduire et de renforcer la formation des candidats à l’examen du permis de conduire ». Une mesure effective depuis le 1er Septembre 2017 et qui comprend entre autres points, l’informatisation des fichiers des auto-écoles, le suivi de la formation des apprenants dans les auto-écoles, la sécurisation et l’informatisation du circuit d’examen en vue de l’obtention du permis de conduire, la production d’un permis de conduire sécurisé.

Mieux, le Ministre annonce la multiplication des contrôles permanents et inopinés dans les points d’embarquement et de débarquement des passagers dans les points de ramassage. Toujours selon Issa Tchiroma, Les éléments de la Police et de la Gendarmerie multiplient les contrôles sur les axes routiers pour appréhender et réprimer tout contrevenant à la réglementation sur le transport routier. Ils également chargés de veiller au respect des heures autorisées pour la circulation des gros porteurs et des itinéraires ouverts à ladite circulation, qui va s’accompagner de l’aménagement des aires de repos.

Au surplus, la généralisation des test d’alcoolémie, pénalisation plus accrue de certaines infractions relevant du code de la route et des règles générales de conduite sur la voie publique, sont préconisés. Des peines d’emprisonnement sont désormais envisagées à l’égard des contrevenants.

Limitation de vitesse à 100 Km/h…

« Il est par ailleurs envisagé à très court terme, d’imposer une limitation vitesse plafonnée à 100 kilomètres par heure pour les véhicules de transport en commun et les poids lourds », annonce le Ministre. Dans le même temps, des travaux de réfection, d’entretien et de surveillance des infrastructures routières ont déjà débutés et s’intensifieront, assure-t-on au Ministre des Travaux Publics.

Vivement que toutes ces mesures prennent effet et que nos routes cessent enfin d’être des mouroirs. Des mesures qui seront encore plus efficace si chaque citoyen s’engage à respecter la règlementation en matière de transport routier et que la sauvegarde des vies humaines sur nos routes devienne l’affaire de tous.

Étiquettes: