Onglets principaux

Politique

Affaire Ahmed Abba : Ce que je pense

La condamnation de Ahmed Abba par le tribunal militaire fait des vagues et retient l'attention avec la mobilisation de la presse et les syndicats de la profession de journaliste.
0 lectures aujourd'hui
1,057 vues
05/04/2017 - 13:29
0
Tobie-Rodrigue Atangana
Journaliste

Le correspondant de la Radio France Internationale a été condamné par le tribunal militaire à 10ans d’emprisonnement ferme et au versement de plus de 50 millions de francs cfa pour refus de dénonciation des actes terroristes et blanchiment de ces derniers. Suite à ce verdict du tribunal militaire intervenu le 24 avril 2017, la presse est en effervescence aussi bien sur le triangle national qu’à l’extérieur du pays. Ahmed Abba est victime d’une cause encore introuvable dans le champ des différentes articulations de droit sur le phénomène du terrorisme. En effet, le terrorisme a du mal à faire consensus d’un point de vue définitionnelle, que les Etats, chacun à l’intérieur de ses frontières, adopte une voie de lege ferenda pour sortir de la difficulté à juger des actes terroristes. Le Cameroun n’a pas une définition du terrorisme, pas plus que la communauté internationale. C’est là, malheureusement le piège tendu à Ahmed Abba, qui se trouve être écartelé entre l’obligation impérieuse de stabilisation d’un territoire menacé sur ses frontières par des constances asymétriques et le doute universel sur une théorie définitoire de la notion de terrorisme. Le Cameroun a adopté un peu à la va vite en décembre 2014, une loi antiterroriste qui fait une récupération des dispositions du code pénal, pour punir sévèrement dans le cadre des motifs terroristes, des infractions relevant du droit commun. Ce confusionnisme fait peser de graves doutes sur la réalité d’une justice éclairée en matière de contravention, de délit, de crime ou de terrorisme ; chacun des faits pouvant se substituer réciproquement en fonction des intérêts en cause. D’un autre côté, la communauté internationale brille par une hérésie sur le fait terroriste, sans doute parce que derrière, existent des possibilités de faire chanter les Etats et surtout les plus faibles, qui prennent fait et cause du terrorisme et en tirent toutes les conséquences. Au demeurant, le débat sur le terrorisme est un débat politique plutôt qu’un débat juridique. Ahmed Abba est donc pour ainsi dire,la poule aux oeufs d'or de différents intérêts.

                                                                                                                                                                       Tobie-Rodrigue Atangana 

Étiquettes: