Onglets principaux

Politique

Assemblée Nationale : Le projet de Loi des finances adopté, malgré des contestations

La Loi des finances pour le compte de l’exercice budgétaire 2018 a été adoptée à l’Assemblée Nationale, au cours d’une session budgétaire mouvementée comme rarement auparavant.
0 lectures aujourd'hui
1,026 vues
12/11/2017 - 15:57
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

Au cours d’une séance plénière tenue dans la nuit du 8 au 9 décembre 2017, L’Assemblée nationale a adopté le projet de loi portant loi de finances 2018. La projet du Gouvernement table sur un budget s'élevant à 4 513,5 milliards de francs Cfa, soit une enveloppe budgétaire en hausse de 139,7 milliards de francs Cfa en valeur absolue (3,2%), par rapport aux 4 378,8 milliards de francs Cfa, de l’exercice précédent.

Le moins que le puisse dire, c’est que le texte n’est pas passé en douceur, tant la séance aura été mouvementée. En témoigne à suffisance, la blessure à la tête, du Député RDPC (parti au pouvoir) Richard Wallang, causée par la députée UDC Tomaino Ndam Njoya, en lui lançant un des chevalets qui servent de porte-nom l’hémicycle.

Ce soir-là, avant et après l’adoption du texte donc, les débats ont été houleux au Palais des Verres de Ngoa-Ekelle. Députés et ministres s’y sont retrouvés pour l’adoption du projet de loi des finances. Après la lecture du rapport par l’honorable Koa Luc, rapporteur de la commission des finances et du budget, le président de l’Assemblée nationale a ouvert la traditionnelle phase des questions réponses entre les députés et les membres du gouvernement, pour débattre du projet de Loi avant le vote d’adoption.

Profitant de ce moment stratégique, les députés du Social Democratic Front (SDF), et de l’Union Démocratique du Cameroun (UDC), partis de l’opposition, ont manifesté leurs contestations. Engagés dans une « opération blocus » depuis le début de cette session budgétaire, les députés SDF ont semé le vacarme dans la salle à l’aide de vuvuzelas et autres chants de ralliement et de protestation, rendant ainsi impossible la tenue des débats.

Au milieu de ce capharnaüm, les élus UDC de leur côté, réclamaient également la parole pour exposer leurs revendications par rapport au texte. Constatant que le Président de la Chambre ne daignait pas leur donner la parole, et dans un excès de colère, l’honorable Tomaino Ndam Njoya, prote parole de l’UDC à l’Assemblée nationale, a balancé les chevalets de part et d’autres de la salle. C’est donc l’un de ces projectiles qui a blessé l’honorable Richard Wallang à la tête.

« Dans le cafouillage, pendant que les députés de l’opposition chantaient, le président Cavaye Yeguie a dit que la discussion générale est close et qu’on passe aux articles. Il a commencé à lire article par article dans le même cafouillage jusqu’à ce qu’il a fini. Il a déclaré la loi votée et les députés RDPC ont applaudi. La même scène qu’on a eue lors de l’adoption de la loi de règlement » raconte l’honorable Mbouaomboup Mana, député UDC.

Étiquettes: