Onglets principaux

Politique

Cameroun : « Paul Biya ne se maintient pas au pouvoir par la force »

C’est la réponse du Gouvernement camerounais, suite aux récentes déclarations de l’ambassadeur américain au Cameroun, demandant au président Paul Biya de ne pas se porter candidat à la prochaine présidentielle, et de se retirer, à la fin de son mandat en cours, après 35 ans de pouvoir.
1 lectures aujourd'hui
1,355 vues
05/24/2018 - 18:42
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

La déclaration de l’ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun irrite le pouvoir de Yaoundé. Vendredi, 18 mai 2018, Peter Henry Barlerin, avait, dans un communiqué à la presse, suggéré au Président Paul Biya de se retirer à la fin de son mandant en cours.

Dans son communiqué, l’ambassadeur américain a, en effet, demandé au Chef de l’Etat camerounais, de ne pas se porter candidat à la prochaine élection Présidentielle, prévue en Octobre 2018.

La veille, jeudi, le diplomate américain avait été reçu en audience par le Chef de l’Etat camerounais.

Lire : Cameroun : L’ambassadeur des USA souhaite le départ de Paul Biya

Peter Henry Barlerin conseille à Paul Biya de « penser à son héritage et à la façon dont il veut qu’on se souvienne de lui dans les livres d’histoire ». Convoquant comme modèles, Nelson Mandela et Georges Washington qui, en leur temps, avaient quitté le pouvoir d’eux-mêmes. Là encore, la pilule passe mal à Yaoundé.

Ce mardi, 22 mai 2018, le chef de la mission diplomatique américaine a été convoqué au ministère camerounais des Relations Extérieures (MINREX).

Lire : Cameroun : L’ambassadeur des Etats-Unis convoqué par les autorités

Au sortir de l’entretien avec le diplomate américain, le MINREX, Lejeune Mbella Mbappe a rendu public un communiqué mardi soir.

« Paul Biya ne se maintient pas au pouvoir par la force, ayant été régulièrement élu aux différents scrutins présidentiels, contre de nombreux et valeureux candidats », a pour sa part, répliqué le Ministre des Relations Extérieures. Invitant ainsi le diplomate américain à « respecter le peuple camerounais, notamment sa liberté souveraine dans le choix de ses dirigeants ».

Lejeune Mbella Mbappe a saisi cette occasion pour rappeler que, Le scrutin présidentiel prévu cette année sera organisé, comme par le passé, suivant les règles démocratiques qui s'imposent. Les Camerounais auront alors l'occasion d'exprimer librement leur volonté. Ils éliront celui qu'ils estimeront le plus à même de leur assurer sécurité et bien-être, tout en assurant un développement accru du pays, dans la justice et la paix.

En tout état de cause, « le pays ne se fera jamais imposer de candidat de l'extérieur », a martelé le membre du Gouvernement.

Étiquettes: