Onglets principaux

Politique

Cameroun : Akere Muna candidat à la Présidentielle 2018

L’avocat de 65 ans a officiellement déclaré sa candidature pour l’élection présidentielle prévue en 2018.
4 lectures aujourd'hui
1,710 vues
10/09/2017 - 16:59
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

« L’Etat de mon pays m’incite à vouloir faire partie de la solution ». C’est ainsi que Maitre Akere Muna a expliqué sa décision de se porter candidat à l’élection présidentielle prévue e 2018 au Cameroun. En effet, dans une interview accordée au magazine panafricain Jeune Afrique (Edition du 8 au 14 Octobre, paru ce lundi, Ndlr), l’avocat de 65 ans a annoncé son intention de succéder à Paul Biya à la tête du Cameroun. D’après lui, l’état actuel du pays est tel qu’il se pose un réel besoin de changement. Un changement qu’il entend incarner. « Il serait souhaitable que Paul Biya passe le relais », pense le nouveau candidat à l’accession à la magistrature suprême.

La candidature de ce natif de Ngyen-Mbo, dans la Région du Nord-Ouest intervient dans un contexte où les régions "anglophones" du Nord-Ouest et du Sud-Ouest sont en proie à une violente crise socio-politique. De part et d’autre, des voix s’élèvent tantôt pour réclamer le fédéralisme, tantôt pour la mise en œuvre rapide de la décentralisation, tantôt encore, la sécession de ces deux régions. Dans la confusion actuelle donc, le fils de l’ancien Premier Ministre Salomon Tandeng Muna, un des acteurs de la Réunification, donne sa position. « Je choisirais la forme de l’Etat qui respecte nos différentes cultures. Je rapprocherais le pouvoir du citoyen, ce qui correspond au fédéralisme », déclare-t-il dans son interview au magazine.

Ce dimanche 08 Octobre 2017, le désormais candidat Akere Muna a également posté une vidéo sur Internet. Il y annonce formellement sa candidature, et donne une idée du projet qu’il souhaite porter. La promotion de la bonne gouvernance et l’Etat de droit sont les maitres mots de son engagement, affirme l’ancien bâtonnier du barreau du Cameroun. « Nous devons marcher vers une nouvelle République, qui sera fondée sur la bonne gouvernance et sur l’État de droit », propose-t-il dans son discours d’annonce. Tout en promettant une politique de tolérance zéro contre la corruption, le tribalisme, le népotisme et le favoritisme.

 

 

Cependant, l’on se demande sous quelle bannière Akere Muna va se présenter. Puisqu’il n’est militant d’aucun parti politique. Or, les dispositions du code électoral prévoient que les candidats doivent être investi par un parti politique. Autre hypothèse, il peut se présenter en tant que candidat indépendant. A conditions d’être présenté comme candidat par au moins 300 personnalités originaires de toutes les régions. Les prochains déroulements nous donneront certainement une idée de sa stratégie. D’ores et déjà, il a annoncé qu’il annoncé pour les mois à venir, des actions visant à atteindre la jeunesse, la société civile, les partis politiques, et les chefs traditionnels.

Étiquettes: