Onglets principaux

Politique

Cameroun : Des militaires camerounais détenus au Tchad

9 militaires camerounais du Bataillon d’Intervention Rapide (BIR) et deux civils ont été arrêtés au Tchad alors qu’ils avaient traversé la frontière à la poursuite de voleurs de bétails.
0 lectures aujourd'hui
3,660 vues
05/10/2017 - 16:27
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

Ces militaires étaient en opération dimanche 7 mai 2017 dans la région de l’Extrême Nord, dans une zone limitrophe avec le Tchad. Il s’agit des alentours du village Foulwayna, dans le département du Mayo-Danay où l’escadron était en patrouille. Des sources citées par le Quotidien Le Jour révèlent que les militaires pourchassaient un groupe de 4 voleurs de bétail. Ces derniers, après avoir ligoté le berger, s’étaient emparés d’un troupeau de 26 bœufs, avant de prendre la fuite. Alertés par les propriétaires du troupeau, les éléments du BIR chargés de surveiller la frontière prennent donc les voleurs en chasse et se retrouvent en territoire tchadien où ils seront interpellés par les forces de sécurité tchadiennes. Il faut dire qu’à cet endroit, les frontières séparant les deux pays ne sont pas matérialisées. Les militaires camerounais accompagnés de deux propriétaires du troupeau se rendent sans opposer de résistance.

D’après la BBC, des sources sécuritaires tchadiennes ont indiqué que les hommes arrêtés ont été transféré à Ndjamena, la capitale tchadienne. On n’a toutefois pas d’informations sur le lieu de leur détention. Tandis que les autorités tchadiennes affirment que les militaires camerounais ont pénétré jusqu’à 45 Km à l’intérieur de leur territoire, les officiels camerounais parlent d'une intrusion de 2 km. Par ailleurs, l’armée tchadienne dit que ces militaires étaient lourdement armés. Ils parlent de neufs fusils d’assaut de fabrication française Famas et d’un pick-up Toyota équipé d’une mitrailleuse. Les autorités camerounaises elles, affirment que leurs hommes sont plutôt équipés de fusils d’assaut de fabrication israélienne de marque Galil.

Face à ses différents points d’achoppement, les autorités camerounaises ont entamé depuis des négociations pour la libération de leurs hommes.

Étiquettes: