Onglets principaux

Politique

Cameroun : L’opposant Maurice Kamto, candidat à la présidentielle 2018

Le président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), Maurice Kamto, a été officiellement désigné candidat de son parti à l’élection présidentielle, prévue en Octobre 2018, au sortir du Congrès du MRC, tenu du 13 au 15 avril dernier.
0 lectures aujourd'hui
1,397 vues
04/16/2018 - 13:42
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

C’est officiel : le Pr Maurice Kamto entre dans la course à la magistrature suprême. Le Président du MRC (opposition) a été désigné à l’issue de la deuxième convention ordinaire de son parti, qui s’est tenue du 13 au 15 avril 2018 à Yaoundé.

Un congrès qui a vu le renouvellement des instances dirigeantes du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun. Notamment au niveau du directoire des jeunes et celui des femmes du parti, qui ont vu de nouveaux responsables nommés à leur tête.  

Point d’orgue de la Convention, l’élection du président du directoire national. Seul candidat en lice pour la présidence du directoire national, l’ancien ministre a été, sans surprise, porté en triomphe par les militants de son parti. Or, selon les statuts du MRC, le président du directoire national est le candidat désigné à la Présidentielle.

Le Congrès s’est achevé sur la présentation officielle du candidat du parti ; sous les acclamations des militants. Quant au Pr Kamto, il s’est dit disposé à tendre la main à toutes les autres formations politiques, pour la bonne marche du pays. Appelant au « sens patriotique » des uns et des autres.

On se souvient qu’en mi-janvier, le leader politique avait déjà rencontré discrètement l’ancien avocat et ancien bâtonnier, Me Akere Muna, candidat à la présidentielle de 2018 également. Avant de solliciter une rencontre avec John Fru Ndi, principal opposant au régime du Président Paul Biya, une semaine plus tard.

Ancien ministre délégué de la Justice, professeur d'université et avocat, M. Kamto avait démissionné du Gouvernement en 2011. Dans la foulée, il créa le Mouvement de la Renaissance du Cameroun. Sept ans plus tard, le MRC compte un député à l’Assemblée Nationale, et plusieurs conseillers municipaux dans les localités des régions de l’Ouest et du Littoral.

Critiquant le code électoral actuel, et la configuration politique camerounaise, le Pr Kamto et son parti avait boycotté les élections sénatoriales du 25 mars 2018. Une tout autre histoire en ce qui concerne la Présidentielle ?

Étiquettes: