Onglets principaux

Politique

Cameroun : L’UDC prône des réformes pour améliorer le jeu politique

Au cours d’une conférence donnée le 07 août 2018 à Yaoundé, la député Tomaino Ndam Njoya a notamment pris position pour la limitation des mandats présidentiels.
1 lectures aujourd'hui
250 vues
08/08/2018 - 16:42
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online
Adamou Ndam Njoya, Président de l'UDC, candidat à la Présidentielle 2018

Selon Hermine Patricia Tomaino Ndam Njoya, l’élimination du verrou limitant les mandats à la tête du pays a conduit à la confiscation du pouvoir. La représentante de l’Union Démocratique du Cameroun (UDC) préconise la limitation du nombre de mandats présidentiels à deux. Un mandat doit durer de 5 ans. De l’avis de Tomaino Ndam Njoya, cela va entraîner l’alternance politique qui est une caractéristique principale de la démocratie.

Patricia Ndam Njoya propose que la majorité électorale au Cameroun soit fixée à 18 ans. Selon la loi actuelle, il faut avoir au moins 21 ans pour voter. L’élue du peuple estime que bon nombre de Camerounais ne parviennent pas à exercer leur droit de vote à cause de cette loi qualifiée de liberticide. L’égalité entre les genres doit s’enraciner dans les esprits afin d’effacer certaines injustices liées au sexe.

L’Union Démocratique du Cameroun suggère que tout Camerounais âgé de 23 ans puisse prétendre à la fonction de député à l’Assemblée Nationale. L’UDC souhaite aussi qu’à 35 ans, un citoyen ait la possibilité de lorgner la magistrature suprême. Le parti d’Adamou Ndam Njoya voudrait que les portes du Sénat soit ouverte aux personnes âgées au moins de 40 ans. Il serait urgent de créer une Cour des Comptes en lieu et place de la Chambre des Comptes.   

Pour l’honorable Tomaino Ndam Njoya, dans le cadre de ses pouvoirs de conduire le processus électoral et référendaire, le Conseil Electoral devrait gérer le budget d’Elections Cameroon et le budget des élections. Le Conseil doit recruter et nommer tous les personnels d’Elections.  L’autonomie financière doit devenir un acquis car jusqu’à présent c’est le Ministère des Finances qui assure le déblocage des fonds.

Toujours dans le chapitre des réformes, il conviendrait de remplacer le Directeur Général des Elections par le Conseil Electoral. Le fichier électoral doit être visible, unique et géré au niveau de chaque commission locale par l’ensemble des membres. Le Conseil Electoral devrait éditer un bulletin unique comprenant les logos et les couleurs de tous les partis politiques en compétition.

Lucien Embom

Étiquettes: