Onglets principaux

Politique

Cameroun : Paul Biya invite les sécessionnistes à déposer les armes

Le Président de la République a invité le 06 novembre 2018, les sécessionnistes à déposer les armes à l’occasion de la cérémonie de prestation de serment.
2 lectures aujourd'hui
245 vues
11/07/2018 - 12:19
0
lucien embom
Journaliste

« Je demande, ici et maintenant, au peuple camerounais dont je connais le patriotisme, de m’aider à continuer dans la paix l’œuvre de construction nationale. » Cette déclaration de la plus haute autorité de l’Etat rompt avec le bellicisme que certains acteurs politiques ont adopté depuis de long mois. Dans son allocation du 06 novembre 2018, Paul Biya a fait un clin aux séparatistes anglophones.  

Le chef de l’Etat a déclaré : « Je leur lance un appel à déposer les armes et à retrouver le droit chemin. J’en appelle tout particulièrement aux jeunes qui se sont laissés entraîner dans une aventure sans lendemain. » Cet appel à la reddition du numéro camerounais, prend à contrepied tous ceux qui pensent que Yaoundé s’inscrit dans la logique de l’affrontement. Signalons que le Chef de l’Etat a toujours prôné le dialogue.

Tout au long du nouveau septennat, le natif de Mvomeka entend œuvrer pour la paix, l’unité et la réconciliation nationale. D’après le Président Biya, le destin des Camerounais du Nord-Ouest et du Sud-Ouest s’inscrit dans le cadre de la République. De l’avis de l’Homme du 06 novembre 1982, l’objectif des sécessionnistes porte atteinte à la Constitution du Cameroun, qui consacre le caractère « indivisible » de la République.

En s’adressant à la Nation ce 06 novembre 2018, le Nnom Ngii a pris l’engagement de ramener le calme et la sérénité dans la zone anglophone. Il est convaincu que bon nombre de ses compatriotes de la zone anglophone, aspirent à retrouver rapidement la paix au sein de la communauté nationale. Le géniteur des grandes réalisations a exprimé sa douleur parce que la menace terroriste a empêché certains Camerounais d’aller aux urnes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Étiquettes: