Onglets principaux

Politique

Cameroun premier pays ACP producteur de banane: bonne où mauvaise nouvelle?

Il faut garder la tête froide et ne pas se perdre dans ce qui pourrait très vite devenir le bonheur d’un instant. En effet, le Cameroun est devenu le premier pays, non pas producteur de banane dans la zone ACP comme on le dit de façon plus ou moins démagogique, mais premier pays exportateur de...
1 lectures aujourd'hui
2,384 vues
12/07/2016 - 18:20
0
Tobie-Rodrigue Atangana
Journaliste
Cameroun premier pays ACP producteur de banane: bonne où mauvaise nouvelle?

Il faut garder la tête froide et ne pas se perdre dans ce qui pourrait très vite devenir le bonheur d’un instant. En effet, le Cameroun est devenu le premier pays, non pas producteur de banane dans la zone ACP comme on le dit de façon plus ou moins démagogique, mais premier pays exportateur de banane en raison du volume important de banane exporté en 2015 par rapport à d’autres pays comme la Côte d’Ivoire.

Ce volume est de 278450 tonnes. Cette montée en puissance de la banane camerounaise est due, à un certain nombre de mécanismes qui échappent à la maitrise des politiques nationales, dans le secteur de la banane. Le premier mécanisme est l’accord de Genève sur le commerce de la banane entre l’UE et l’Amérique Latine qui fournit plus de 78% de sa banane en Europe. Cet accord prévoit en substance, la réduction des tarifs douaniers à l’importation de la banane latino-américaine en Europe, de façon échelonnée jusqu’en 2020. Malheureusement, ces mesures n’ont pas permis aux partenaires européens de la banane de tirer leur épingle du jeu. Leur banane demeurant sous-évaluée, d’où la préférence de ces pays au marché américain qui leur offre une meilleure appréciation de leurs produits.

Logiquement, l’Europe devait se retourner vers les pays ACP. Première conséquence, la position du Cameroun aujourd’hui comme premier fournisseur européen des pays ACP, ne lui permet pas de vendre cher sa banane. L’Europe étant un mauvais acheteur. Deuxièmement, le commerce mondial de la banane obéit aujourd’hui à une rationalité qui vient bousculer les habitudes traditionnelles de monopole du secteur, par les firmes comme Noba, Dole etc. Le consommateur de la banane traite désormais directement avec le producteur. Cette nouvelle donne a peut-être influencé certains pays ACP, comme c’est le cas avec les pays de l’Amérique Centrale. De ce point de vue, le Cameroun malgré sa position de premier partenaire européen est encore à la traine. Cependant, il faut espérer que cette position demeure et que par elle, le Cameroun puisse influencer le marché européen de façon à tirer le meilleur parti.

Rodrigue-Tobie Atangana

Étiquettes: