Onglets principaux

Politique

Cameroun - Sénatoriales 2018 : Le déroulement du scrutin

Au Cameroun, les élections sénatoriales se tiennent ce dimanche 25 Mars 2018. Le corps électoral, constitué des conseillers municipaux, a la charge de renouveler la chambre haute du Parlement. Ambiance au bureau de vote de l’Ecole Publique de Bastos, à Yaoundé…
0 lectures aujourd'hui
3,928 vues
03/25/2018 - 17:42
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

Ce dimanche, 25 mars 2018, c’est jour d’élection dans 81 bureaux de vote, dans les 10 régions du Cameroun. Pour ce scrutin au suffrage indirect, au moins 9528 conseillers municipaux sont appelés aux urnes. C’est à eux que revient la charge d’élire 70 des 100 sénateurs de la deuxième législature du Sénat camerounais, conformément aux dispositions du Code Electoral. 30 autres devant être nommés par le Président de la République, tel que prévu par la Constitution du 18 janvier 1996.

Au bureau de vote de l’Ecole Publique de Bastos, à Yaoundé, les membres du collège électoral, munis de leur carte d’électeur spéciale, ont glissé leur bulletin dans les urnes. Le choix devant être fait entre 9 partis politiques en lice pour les Sénatoriales 2018 au Cameroun.  

Sur place, des observateurs issus de la société civile, de l’Eglise, ou encore des partis politiques, scrutent le déroulement du vote. Côté sécurité, un important dispositif est mis en place autour et dans l’enceinte du bureau de vote. Vigilants, les éléments de la police et de la Gendarmerie nationale veillent au grain. Tout se déroule dans le calme.

Venu en témoigner par lui-même, Abdoulaye Babale, le Directeur Général d’Elections Cameroon (l’organe en charge des consultations électorales et référendaires), a exprimé son satisfécit global quant au déroulement du scrutin. Après avoir salué la « discipline » de la part des conseillers municipaux, membres du collège électoral, il a souligné « l’encadrement sur le plan de la sécurité et de l’ordre ».  

« J’ai aussi constaté que le président du bureau de vote, et les membres du bureau, procèdent au contrôle de l’identité, à la vérification de la carte d’électeur spéciale pour les membres du collège électoral pour l’élection des Sénateurs. Et ils veillent non seulement à ce que ceux qui ont rempli leur devoir civique, signent et apposent leur empreinte digitale. Tout se déroule très normalement, dans le strict respect des dispositions pertinentes du Code Electoral », a déclaré le "gendarme des élections", Abdoulaye Babale face à la presse.  

2018 est une importante année électorale au Cameroun. En effet, passées ces sénatoriales, ELECAM devra organiser non seulement, les élections municipales et législatives, mais surtout, la présidentielle, prévue en fin d’année. Un défi que l’organe en charge des consultations électorales se dit prêt à relever.

Étiquettes: