Onglets principaux

Politique

Communication gouvernementale : Le Ministre de la communication face à la presse ce 11 Avril 2017.

Issa Tchiroma Bakary s’est exprimé sur les avancées du processus de décentralisation au cours les vingt dernières années.
28 lectures aujourd'hui
2,032 vues
04/12/2017 - 17:10
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

Face à la presse hier, 11 avril, le porte-parole du Gouvernement a tenu sa désormais traditionnelle communication gouvernementale. Il s’est notamment exprimé sur le processus de décentralisation au Cameroun. Répondant sans doute par la même occasion à la tranche de l’opinion qui pense que le retard accusé par ledit processus est l’une des causes des récentes crises sociales que vivent le pays, notamment la crise anglophone. Le Ministre a tenu à apporter des éléments visant à démontrer que le processus est sur la bonne voie et que des avancées significatives ont été réalisées dans ce sens ces 20 dernières années.

« Le transfert de l’entièreté des compétences aux collectivités territoriales telles que répertoriées par la loi a été respectée à près de 97% »

Après avoir défini la décentralisation aux termes de la Constitution du 18 Janvier 1996, le ministre a détaillé les actions qui ont été menées dans le sens d’implémenter le processus. Aussi, a-t-il évoqué le transfert des compétences et des ressources financières des organes centraux vers les collectivités territoriales décentralisées ; les pouvoirs de recouvrement fiscal des communes, qui bénéficient en outre des centimes additionnels communaux et de la redevance forestière annuelle, qui sont redistribuées aux communes et communautés urbaines ; mais également la taxe au développement local. Tout ceci, a révélé le porte-parole du gouvernement, pour un montant global d’environ 600 milliards de francs CFA depuis 2010, et un taux de transfert des compétences estimé à 97%. Le Ministre de la Communication a également indiqué que des textes réglementaires sont en cours d’élaboration pour conduire l’effectivité de la mise en place de la décentralisation. 

Lire l’intégralité de la communication gouvernementale ici

Source : Crtv

Pourtant, dans le pays profond les populations ont du mal à ressentir les effets immédiats de ce processus de décentralisation. Certains estimant même que le retard dans la mise en place de ce processus est une des causes du marasme économique et social que vit le pays. Des préoccupations qui ont été relayées dans les questions des hommes de médias. A ces préoccupations, Issa Tchiroma oppose plutôt le manque de capitaux pour réaliser les services tels que les routes, les hôpitaux, et mener à bien les grands chantiers censés développer le pays. « Dans la sous-région de l’Afrique centrale et au-delà, nous avons connu une succession de crises extrêmement violentes qui, n’eut été la présence du Cameroun, l’économie de la sous-région se serait effondrée. Lorsque vous parlez des hôpitaux, des routes et autres, encore faudrait-il avoir de l’argent pour le faire (..) le Chef de l’Etat ne fabrique pas de l’argent. Avec quoi voulez-vous qu’on construise ses routes s’il n’y a pas d’argent ? », a rétorqué le Ministre aux hommes de médias. Et le manque d’argent serait dû, selon lui, à la chute du cours du baril de pétrole qui « devait se vendre à 80 dollars, mais est tombé à 30 dollars » ; pendant que le cacao et le coton ne se vendent plus, selon les dires du porte-parole du gouvernement. 

©Michael BIYA

 

Étiquettes: