Onglets principaux

Politique

La présence du président du Social Democratic Front au palais de l’unité.

A l’occasion de la réception des lions indomptables au palais de l’Unité par le Président de la République, l’opposant historique camerounais Ni John Fru Ndi faisait office d’invité de marque.
0 lectures aujourd'hui
2,413 vues
02/08/2017 - 15:02
0
Tobie-Rodrigue Atangana
Journaliste
La présence du président du Social Democratic Front au palais de l’unité.La présence du président du Social Democratic Front au palais de l’unité.

A l’occasion de la réception des lions indomptables au palais de l’Unité par le Président de la République, l’opposant historique camerounais Ni John Fru Ndi faisait office d’invité de marque.

Comment comprendre cette présence au-delà du simple fait que, la présidence de la république est une institution publique et donc accessible. En tout cas, quiconque a participé à la réception des lions indomptables ce jour 08 février 2017, a reçu une invitation du Cabinet Civil de la Présidence de la République. Maintenant, l’invitation faite au président du premier parti de l’opposition camerounaise est-elle liée à l’influence de ce parti et par respect des taux électoraux dont il est crédité ou alors cette invitation s’inscrit dans la perspective du jeu illusoire d’une nation unie, qui permet aux acteurs de ce jeu, de tirer l’essentiel du dividende politique ? il est tentant de voter pour la dernière hypothèse. Le contexte de crise anglophone étant le référentiel d’une démarche allant dans ce sens.

Toutefois, comment expliquons-nous le rabibochage régulier entre le leader du premier parti de l’opposition camerounaise et le Président de la République ? il me semble que, les deux acteurs politiques négocient en permanence le rapport de force qui les lie. L’un et l’autre voudrait en se rapprochant, conserver les acquis électoraux en gagnant en même temps du terrain dans le camp adverse. Fru Ndi et Biya ne sont pas des amis. Mais chacun en se fermant à l’autre, court le risque de payer le prix lourd sur son électorat. Au demeurant il y a calcul politique certes, mais ces calculs ne sont qu’un a postériori et ne déterminent pas la conduite des deux acteurs politiques. Les taux électoraux sont au centre et à partir de ce noyau, commencent les calculs politiques.       

Étiquettes: