Onglets principaux

Politique

Rentrée du deuxième trimestre au Cameroun : un teste pour le discours présidentiel

*/ Le Président de la République le 31 décembre 2016, s'est adressé à la nation.l'essentiel de son discours reposait sur le caractère indivisible de l’État du Cameroun, en référence aux tensions vécues à Bamenda et Buea, dans la partie anglophone du pays.
2 lectures aujourd'hui
2,208 vues
01/09/2017 - 12:34
0
Tobie-Rodrigue Atangana
Journaliste
 Rentrée du deuxième trimestre au Cameroun : un teste pour le discours présidentiel

Le Président de la République le 31 décembre 2016, s'est adressé à la nation.l'essentiel de son discours reposait sur le caractère indivisible de l’État du Cameroun, en référence aux tensions vécues à Bamenda et Buea, dans la partie anglophone du pays.

Ces tensions ont laissé entendre le retour au fédéralisme, que le régime de Yaoundé semble écarter de tout débat. Des incertitudes dans la reprise des classes au Sud et Nord-Ouest du pays,paraissent à l'évidence donner une réplique forte éloquente, sur la position gouvernementale de la forme actuelle de l’État. En effet, malgré le lobbying mené par les pouvoirs publics pour tenter de normaliser la situation avec la création d'un comité ad hoc et le séjour actuel du Ministre camerounais des enseignements secondaires à Bamenda, la tension demeure du moins, dans sa forme latente.

Quelques écoles publiques ont ouvert les portes. Les élèves sont venus sur la pointe des pieds et en nombre grossièrement médiocre. D'un autre côté, les établissements privés sont restés fermés. Dans les rues de Bamenda et Buea, règne un calme obséquieux. Ces villes avant la crise qui continue de les paralyser, vivaient par des sons de tout genre : des bruits des motos-taxi, des vrombissements des voitures de transport urbain, des cris des écoliers de retour de l'école. Aujourd'hui, tout cela est parti en fumée. Raison, la gouvernance actuelle du pays, ne donne plus aucun espoir.

Étiquettes: