Onglets principaux

Portrait

Portrait In-memoriam : Charles Ateba Eyene 21 février 2014 – 21 février 2017 « …dans ce pays le peuple a besoin de deux choses : « LA VERITE ET LE DEVELOPPEMENT. »

Né le 15 janvier 1972 à Bikoka dans le département de l’Océan, Région du Sud, Charles Sylvestre Ateba Eyene était un enseignant, écrivain, critique et homme politique camerounais. Il est décédé le 21 février 2014 à Yaoundé à 42 ans.
1 lectures aujourd'hui
2,606 vues
02/21/2017 - 15:19
0
Bryce Leonce MBOE
Rédacteur Cameroun-online

Titulaire d’une thèse de doctorat de la chaire de l’UNESCO pour la culture et la paix (une institution qui souligne l’importance de la Paix et de la nécessité de promouvoir les droits de l’Homme et la démocratie Souvent désavoué par ses pairs pour ses positions politiques, l’homme était connu pour ne pas garder sa langue dans sa poche. Il va commettre en 1997 son premier essai de 139 pages avec pour titre « Paul Biya et l'intégration socio-politique des jeunes ». Faut-il le rappeler ici, Charles Ateba Eyene était membre suppléant du Comité Centrale du RDPC. Son sujet de thèse à la chaire de l’UNESCO portait sur : L’expression médiatique des forces sociopolitiques et le défi de la préservation de la paix sociale au Cameroun : Une approche socio-communicationnelle de quatre titres de la presse francophone camerounaise, 1990-1997. (Le Messager, La Nouvelle Expression, Le Patriote, Cameroon-Tribune). Une thèse qui fût encadrée par les professeurs Michel Tdjade Eone et Zambo Belinga, et à laquelle il sera reçu avec la mention « très honorable. »

Une critique paroxystique…

Très connu par les médias pour sa critique exacerbée, on se rappellera de son pseudo clash à la radio avec le journaliste et animateur de la CRTV Billy Show, des mots durs qu’il utilisa pour qualifier l’orientation musicale du jeune rappeur camerounais Maalhox à la sortie du titre « La bière c’est combien ici » En conseil avisé, Charles Ateba disait que dans ce pays le peuple a besoin de deux choses : « LA VERITE ET LE DEVELOPPEMENT ». Il pensait qu’avec une jeunesse aussi active que la jeunesse camerounaise, le pays pouvait se développer avant l’année fixée de l’émergence annoncé par le Chef de l’Etat, 2035. Ceci à une seule condition : L’abandon de l’alcool car avait-il constaté « les chiffres des Brasseries du Cameroun en 2012 faisaient état que les camerounais avaient consommé 600 millions de litres de bière c’est-à-dire l’équivalent d’un fleuve comme la Sanaga ». Il ne se plaignait pas mais il nous plaignait puisque s’interrogeait-il, « …pourrons-nous nous développer avec des saoulards ? »

Parti trop tôt…

Suite à un excès palustre, il arrive au Centre Hospitalier Universitaire de Yaoundé (CHU) dans un état comateux. Après plusieurs semaines de combat contre la mort, le téméraire Charles Ateba Eyene décède à 42 ans le vendredi 21 février 2014 en début de soirée. Sa dépouille sera gardée à la morgue de l’hôpital général de Yaoundé. De nombreuses spéculations vont précéder le décès de l’illustre disparu, lui-même veuf depuis six ans.

Peu de temps avant sa mort, Il était plébiscité pour un poste d’enseignant à l'IRIC (Institut des Relations Internationales du Cameroun).

Publications

  • Paul Biya et l'intégration socio-politique des jeunesYaoundé, 1997, 139 p.
  • La jeunesse camerounaise et l'éthique de responsabilité, Yaoundé, Édition Sphinx, 1998, 108 p.
  • Charles Assale m’avait dit. Hommage à un patriarche, Yaoundé, Africa multimedia, 1999
  • Cameroun : comment l'ancien palais présidentiel a été pillé, Yaoundé, Africa multimedia, 2000
  • Comprendre l'éthique. Du discours à la pratique, Yaoundé, Africa multimedia, 2001
  • Le Général Pierre Semengue : toute une vie dans les armées, Yaoundé, éditions CLE, 2002, 274 p.
  • RDPC : le guide de la militante et du militant d'après les textes de base en vigueur, 2003, 112 p.
  • Affaire Dikoum : entretiens avec les accusés, Yaoundé, Africa multimedia, 2004, 170 p.
  • Le RDPC hier, aujourd'hui et demain : le temps d'un regard militant et citoyen, Yaoundé, 2005, 155 p.
  • Recueil de propositions militantes pour revitaliser le RDPC, Yaoundé, Africa multimedia, 2006
  • Stratégies de corruption et de détournement des fonds publics comme logique de coup d'État : remèdes, Yaoundé, Éditions Saint-Paul, 2006, 144 p.
  • Destruction du RDPC à la base : analyse des stratégies des uns et des autres, 2007, 48 p.
  • Marketing et communication politiques : clé du succès pour les élections, la vie publique et la promotion de la démocratie, Yaoundé, Éditions Saint-Paul, 2007, 128 p.
  • Les paradoxes du pays organisateurs. Élites productrices ou prédatrices. Le cas de la province du Sud à l’ère Biya, 1982-2007, Yaoundé, Éditions Saint-Paul, 2008
  • RDPC, la reprise en main du parti par le président national : les faits et gestes qui le prouvent, Yaoundé, Éditions Saint-Paul, 2010, 119 p.
  • Le management de l'opacité et les drames de la société camerounaise : l'insolite et la complaisance au détriment du mérite et de la compétence, Yaoundé, Éditions Saint-Paul, 2010, 316 p.
  • Le mouvement sportif camerounais pris en otage par des braconniers : l'urgence de la mise en œuvre des réformes : une analyse historico-économique et politico-diplomatique du sport, Yaoundé, Éditions Saint-Paul, 2011, 290 p.
  • La pénétration de la Chine en Afrique et les espoirs de la rupture du pacte colonial avec l'occident : pour une coopération sino-camerounaise en béton, Éditions Saint-Paul, 2010, 149 p.
  • Émergence du Cameroun à l'horizon 2035 : l'apport de la Chine : la coopération de développement, ses succès et ses craintes, Yaoundé, Éditions Saint-Paul, 2012, 188 p.
  • Charles Ateba Eyene, Ch Pascal Messanga Nyamding et André-Marie Yinda Yinda, Le Cameroun sous la dictature des Loges, des sectes, du magico-anal et des reséaux mafieux : de véritables freins contre l'émergence en 2035, Yaoundé, Éditions Saint-Paul, 2012, 381 p.
  • Crimes rituels, loges, sectes, pouvoirs, drogues et alcools au Cameroun : les réponses citoyennes et les armes du combat, Yaoundé, Éditions Saint-Paul, 2013, 228 p.

©Bryce Léonce MBOE

 

Étiquettes: