Onglets principaux

Société

Ahmed Abba toujours en détention au Cameroun

Bientôt 18mois qu’Ahmed Abba, correspondant en langue haoussa de RFI est en détention au Cameroun. Ses avocats dénoncent des vices de procédures et expriment leur mécontentement, quant au fait que le procès, selon eux, s’étire pour rien. 
10 lectures aujourd'hui
1,827 vues
01/05/2017 - 12:19
0
Charles NSANA
admin
Ahmed Abba toujours en détention au Cameroun

Bientôt 18mois qu’Ahmed Abba, correspondant en langue haoussa de RFI est en détention au Cameroun. Ses avocats dénoncent des vices de procédures et expriment leur mécontentement, quant au fait que le procès, selon eux, s’étire pour rien.

 

Que lui reproche-t-on exactement ?

Les faits qui sont reprochés à Ahmed Abba sont : « complicité d’actes de terrorisme » et « non-dénonciation d’actes de terrorisme ». Le correspond en langue Haoussa de RFI à Maroua, risque ainsi la peine de mort car, les charges retenues sont extrêmement grave. Ceci, d’autant plus que, la partie septentrionale du Cameroun est fréquemment soumise à de violentes attaques de la nébuleuse Boko Haram. Même si le dossier reste, pour l’instant « vide » selon ses avocats, il faut dire qu’Ahmed Abba est privé de sa liberté depuis le 30 juillet 2015.

 

Violations de procédures ???

Les débats de l’audience du 4 janvier 2017 (au tribunal militaire de Yaoundé) ; ont porté sur la recevabilité d'un rapport d'expertise présenté comme à charge. La défense a ainsi dénoncé ce qu’elle a qualifié de « violations de procédures », qui, selon elle, empêchent d’ouvrir véritablement le débat sur ledit rapport. Des questions plus, de formes que de fond mais qui, pour ces hommes de droit, sont essentielles pour garantir un procès équitable. Ces derniers entendent ainsi conjuguer tous les efforts possibles pour que leur client soit remis en liberté.

« Nous ne pouvons pas, en tant que défenseur des droits humains, avoir le cœur tranquille lorsque nous savons que nous avons laissé passer une violation du droit ». Maître Clément NAKONG, l’un des avocats d’Ahmed Abba.

« Le juge aura donc devant lui soit de désigner de nouveaux experts en leur indiquant qu’ils doivent se conformer rigoureusement au respect et à l’application de la loi, soit il constate comme nous l’avions déjà invité il y a quelques mois que jusqu’à ce jour, il n’y a pas de preuve et, de l’acquitter purement et simplement ».

 

La prochaine audience aura lieu le 2 février 2017. (Affaire à suivre !)

 

©Krysteen Krys

 

 

Étiquettes: