Onglets principaux

Société

Cameroun : Deux morts dans des affrontements entre camerounais et chinois à l’Est

Un chinois a tué un camerounais avant d’être lapidé à son tour par les populations autochtones, qui s’en sont pris ensuite à ses congénères. L’incident s’est déroulé ce mercredi 15 novembre 2017 dans le village de Longa Malhi, près de Bétaré Oya dans la Région de l’Est.
1 lectures aujourd'hui
1,441 vues
11/16/2017 - 16:44
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

Les échauffourées meurtrières sont survenues dans un chantier d’exploitation d’or dans le village de Longa Malhi, situé à 4 kilomètres de la ville de Bétaré Oya, à l’Est du Cameroun. La rixe a éclaté vers 15 heures ce mercredi 15 novembre. Les populations locales ont décidé de s’opposer à l’exploitation minière de l’or par les ressortissants chinois qui y séjournent. « Un fils de ce village a essayé de repousser des chinois qui tentaient d’usurper une partie des terrains des villageois sans indemnisations », confie un riverain. Très vite, la situation s’envenime, et l’un des ressortissants chinois se saisit d’une arme, et ouvre le feu sur le nommé Issah, qui décède sur le champ.

Révoltées par cet assassinat d’un des leurs, les autochtones vont lyncher le meurtrier. D’après des témoignages, ils l’auraient attaqué à coups de cailloux, pioches, et autres gourdins, jusqu’à ce que mort s’en suive. Dans le même temps, deux autres chinois sont pris à partie et lynchés à leur tour. Ces derniers n’auront la vie sauve que grâce à l’intervention salutaire des forces de l’ordre.

Les corps des victimes et les blessés ont été transportés à l’hôpital régional de Bertoua, ville chef –lieu de la Région de l’Est. Certains s’en sortent avec des blessures légères, tandis que les plus touchés sont transférées dans des formations sanitaires de la ville de Yaoundé.

« On vit régulièrement les disputes d’espace entre les autochtones et les chinois qui sont installés ici pour exploiter l’or », révèle un riverain interrogé. Et de fait, le Programme d’Appui au Développement des Activités Minières a octroyé la rive gauche de la rivière Malhi aux exploitants chinois et la rive droite aux populations locales. C’est donc la volonté des exploitants chinois de venir exploiter également la rive droite qui a provoqué les manifestations des populations autochtones qui s’y opposent fermement.

Étiquettes: