Onglets principaux

Société

Cameroun : Paul Biya en colère contre les ravisseurs de chefs traditionnels dans le Sud-Ouest

De l’avis du ministre de l’Administration Territoriale, le chef de l’Etat a donné des instructions pour que les auteurs de l’enlèvement de ces gardiens de la tradition répondent de leurs actes.
2 lectures aujourd'hui
485 vues
08/06/2018 - 14:41
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

Après leur libération intervenue les 30 et 31 juillet 2019, les chefs traditionnels Bakweri ont été reçus le 03 août 2019 d’abord au Ministère de l’Administration Territoriale et ensuite à la Primature, dans la capitale camerounaise.

Au sortir de la première rencontre, le Ministre de l’Administration Territoriale, Paul Atanga Nji, a déclaré que le rapt des autorités traditionnelles du Sud-Ouest a profondément choqué le président Biya. Ajoutant que ce dernier a même préconisé l’impunité à l’endroit des auteurs cet acte barbare.

Atanga Nji a souligné que la position du président de la République vient à point nommé. D’ailleurs dans un de ses discours, le locataire du Palais de l’Unité a dit que tout Camerounais est libre. Nul n’a besoin de prendre le chemin du maquis pour exprimer son opinion. Le Ministre de l’Administration Territoriale a invité les chefs traditionnels Bakweri à reprendre du service. Il les a toutefois rassuré que des mesures ont été prises pour garantir leur sécurité.

Après l’escale au Ministère de l’Administration Territoriale, la délégation des chefs traditionnels libérés s’est déportée au Premier Ministère. La rencontre entre le chef du gouvernement et ses visiteurs de marque a duré près de soixante minutes. Philemon Yang a exprimé son indignation en voyant les traces de torture. Une preuve que le passage des chefs traditionnels bakweri entre les mains des ravisseurs a été douloureux.

Les chefs étaient accompagnés par le maire de Buéa qui a pesé de tout son poids pour leur libération. Patrick Ekema a reçu les encouragements du gouvernement. C’est l’occasion de signaler que le magistrat municipal a donné 48 heures aux sécessionnistes pour libérer les chefs traditionnels. Par ses soins, la population s’est mobilisée contre le climat de terreur pendant une marche patriotique.

 

Lucien Embom  

Étiquettes: