Onglets principaux

Société

Cameroun : Plus d’encadrement pour les migrants de retour

Une nouvelle plateforme pour la réintégration des migrants de retour, a été lancée le 18 septembre 2018 à Yaoundé par le gouvernement camerounais.
2 lectures aujourd'hui
511 vues
09/19/2018 - 16:28
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

Co-présidé par l’Union Européenne (UE) et le Ministère des Relations Extérieures (MINREX), le comité de pilotage de la plateforme est composé de représentants de plusieurs ministères camerounais, de la délégation de l'UE au Cameroun et de l'Organisation Internationale pour les Migrations (OIM). Le comité doit plancher tous les six mois sur les résultats de cette Initiative conjointe et les orientations stratégiques pour sa mise en œuvre.

Durant la réunion, le MINREX a annoncé la mise en place d'une plateforme interministérielle pour mieux coordonner la réintégration des migrants camerounais.  Cette nouvelle plateforme rassemble les différentes entités gouvernementales actives dans le domaine de l’emploi des jeunes, notamment le Ministère de la Jeunesse et de l’Education Civique (MINJEC), le Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural (MINADER).

Le Ministère de l’Elevage des Pêches et des Industries Animales (MINEPIA), le Ministère des Petites et Moyennes Entreprises de l’Economie Sociale et de l’Artisanat (MINPMEESA) et le Ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille (MINPROFF) sont aussi impliqués dans la réintégration des migrants de retour. La plateforme doit créer des synergies entre les initiatives nationales en faveur des jeunes et les activités de réintégration de l'OIM.

« C’est une initiative qui démontre une fois de plus le leadership du gouvernement du camerounais sur les questions de migration et de réintégration. Je salue surtout son appropriation des actions entreprises par l’OIM dans le cadre de l’initiative UE-OIM », a déclaré Boubacar Seybou, chef de mission de l’OIM. Il encourage l’Etat du Cameroun qui a bien voulu inscrire la réintégration des rapatriés camerounais dans le registre des priorités.

Lucien Embom

Étiquettes: