Onglets principaux

Société

Crise anglophone : Plus de 20.000 réfugiés camerounais au Nigéria (HCR)

Selon un rapport rendu publique le 9 mars 2018 par la représentation nigériane du HCR, les violences liées à la crise anglophone ont déjà entrainé les déplacements de plus de 20.000 demandeurs d’asile vers le Nigéria.
1 lectures aujourd'hui
1,828 vues
03/13/2018 - 12:55
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

Au Nigeria, 2501 nouveaux réfugiés camerounais ont été enregistrés entre le 1er et le 8 mars 2018 à Kwande et Odukpani, villes situées dans l’Etat de Benue, dans le Sud-est du pays. Avec ces nouvelles arrivées, Ils sont désormais 20 191 Camerounais à s‘être réfugiés au Nigeria voisin, a rapporté le Haut-Commissariat des Nations unies (HCR) dans un rapport publié ce 9 mars 2018. Un chiffre en nette hausse par rapport aux mois précédents.

Ces déplacés camerounais, originaires des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, en proie à une violente crise socio-politique, ont été enregistrés principalement dans les Etats nigérian de Cross River, et de Benue, apprend-on de l’organisme onusien. Mais au total, ce sont quatre états du Nigeria et pas moins de 9 villes qui sont touchés par les convois de déplacés en provenance du Cameroun.

Une population de réfugiés susceptibles d’augmenter à tout moment. Car selon le HCR, de nombreux réfugiés sont également annoncés dans les prochains jours, notamment dans l’Etat d’Ikwa Abom. Face à cet afflux massif de réfugiés, l’agence onusienne tire la sonnette d’alarme.

En effet, la gestion de ces contingents constitue une situation humanitaire dont la résolution nécessite d’importants moyens logistiques supplémentaires. D’ores et déjà, le HCR déclare avoir besoin d’un financement de 18 millions de dollars, pour subvenir aux premiers besoins de ces réfugiés.  

Depuis le début de la crise dite anglophone au Cameroun en Octobre 2016, le pays a déjà enregistré au moins 27 soldats tués dans les violences, encore plus d’activistes séparatistes, mais également des victimes civiles, ainsi que des établissements, écoles, et édifices publics détruits.

Étiquettes: