Onglets principaux

Société

Insalubrité :Yaoundé ville poubelle

Depuis quelques temps déjà, la capitale politique du Cameroun ressemble à un dépotoir d’ordures ménagères. Un Cliché qui laisse sans voix les populations
0 lectures aujourd'hui
2,875 vues
05/11/2017 - 09:27
0
Ingrid Maliago
Redactrice Cameroun Online

Il est 13 heures, la démarche fébrile, une robe qui balaie le sol, Marlyse traine le pas sur la chaussée du marché de Nkol-eton recouvert d’un tas de déchets d’une grande puanteur.  La jeune femme est enceinte de 7mois et quelques : « je suis dépassée par tout ce tas d’ordures, je ne vous parle pas des odeurs, mais je n’ai pas le choix je dois cuisiner pour la famille et le marché de nko- eton est le plus proche ».  Au marché Ekounou, la situation est la même, tout comme au quartier Essomba. « On ne sait pas ce qui se passe la ville et nos quartiers ont rarement eu se visage depuis quelques années déjà, HYSACAM doit déjà être à bout » nous confie Patrick.

La société D’Hygiène et salubrité du Cameroun  (HYSACAM) de son côté accuse la fête du travail qui aurait ralenti la vitesse de rendement des agents sur le terrain. « Nous collectionnons environ 1300 tonnes de déchets par jour. Donc le 02 Mai on ne pouvait pas collecter 2600 tonnes » nous fait savoir Fernand Joël Olomo Ndo responsable communication d’hysacam. Un retard qui, additionné à « l’incivisme » des populations n’aide pas à faire avancer la situation ; « Quand hysacam ne viens pas vider les bacs qu’est-ce que nous on peut bien faire ? on ne va pas ça même rester avec la poubelle dans nos maisons, il est mieux qu’on l’entasse a un endroit où ils viendront récupérer », justifie Sandrine.

Pour améliorer la situation, la Société d’Hygiène et de Salubrité du Cameroun a changé son mode opératoire en collectant les ordures uniquement dans la nuit, en augmentant la fréquence des ramassages de déchets de manière continue. « Je pense que la société installe les bacs à ordures dans les coins et recoins de la ville pour palier a ce genre de situation » propose Justin un habitant du quartier Messasi à Yaoundé. L’acquisition de 200 camions pour le transport des déchets est également en cours pour palier a cette insalubrité grandissante dans la ville de Yaoundé

Le Cameroun comme d’autre pays africains a opté il y a quelques années déjà pour un partenariat public-privé pour la gestion des déchets ménagers, l’image de la ville poubelle dont souffrait Yaoundé a été atténuée. Face à cette autre situation, il est nécessaire d’envisager d’autres solutions parmi lesquelles la responsabilisation des populations qui n’ont pas conscience du mal qu’ils infligent aux collectivités publiques ainsi qu’à l’environnement

 ©Ingrid Maliago

Étiquettes: