Onglets principaux

Sports

Cameroun - Péril sur l’organisation de la CAN 2019, le Gouvernement rassure !

Le Maroc a emboité le pas à l’Algérie pour se proposer de récupérer l’organisation de la CAN 2019 au cas où le Cameroun en serait dessaisi par la CAF. Pendant ce temps, la partie camerounaise contre-attaque pour rassurer sur la livraison effective des infrastructures dans les délais.  
4 lectures aujourd'hui
2,103 vues
07/18/2017 - 17:37
0
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

Après que l’Algérie ait déclaré officiellement être prête à récupérer l’organisation de la compétition, c’est autour du Maroc de se positionner également. Dans un entretien accordé au journal marocain L'Economiste, Fouzi Lekjaa, président de la fédération marocaine de football, et par ailleurs vice-président de la CAF, a déclaré les intentions marocaines. « Le Maroc n'hésitera pas une seconde à répondre favorablement à une doléance de la CAF pour abriter cette CAN », a-t-il fait savoir.

Nouveau cahier des charges ?

 L’espoir de Ces pays réside dans le fait que s’ouvre ce 18 juillet 2017 un symposium de la CAF au cours duquel des rumeurs évoquent une possible modification du format de la CAN, et donc du cahier des charges. Il s’agirait concrètement du passage de l’organisation de la compétition dans 4 villes à 6 villes. Or, le Cameroun traine déjà le pas dans les préparatifs. Un autre point sur lequel compte algériens et marocains, car il semble difficile pour le Cameroun de faire tenir la compétition dans 6 villes et de mobiliser 6 stades et les infrastructures y afférentes.

A ce propos, Fouzi Lekjaa confie au journal que « Le symposium va trancher par rapport au cahier de charges et à l'organisation de la CAN d'une manière générale. Les conclusions de ce panel vont concerner l'édition 2019. Le Cameroun devait l'organiser dans un ancien format. Le Cameroun sera-t-il capable de remplir les nouveaux cahiers des charges, nous le saurons dans les prochains jours. En cas de non-capacité, l'ouverture à la candidature d'autres pays sera annoncée. Le Maroc sera dans la course ».

La partie camerounaise rassure quant au respect de son cahier des charges

Pour mettre un terme aux rumeurs persistantes sur le retrait de la compétition au Cameroun, la partie camerounaise a organisé ces derniers jours deux importantes sorties médiatiques. Il a été question de rassurer la communauté nationale et internationale sur l’état d’avancement des travaux et le respect de son cahier de charges dans les délais.

Ce lundi 17 juillet déjà, l’architecte italien du grand stade Paul Biya d’Olembé (60.000 places) a tenu à rassurer sur la livraison de l’ouvrage dans les délais. L’entreprise Piccini a en effet promis que le stade sera livré en septembre 2018, soit 4 mois avant l’ouverture de la CAN. Si l'allure des travaux du stade sur place n’avance pas à pas de géants, c’est qu’une partie du matériel est en préfabrication en Italie nous fait-on savoir. Le premier bateau est attendu au port de Kribi en septembre prochain avec les premiers matériaux préfabriqués qui seront ensuite assemblés.

Ce mardi 18 juillet, le Ministre des Sports a lui aussi tenu une conférence de presse au stade Omnisports de Yaoundé pour faire le point. « Je voudrais rassurer l’opinion nationale et internationale que malgré les contraintes liées à l’adversité de la conjoncture économique actuelle et à la persévération de la sécurité de notre pays, le gouvernement est totalement  engagé, sous la très haute impulsion du Président de la République, Chef de l’Etat, son excellence Paul Biya, et la coordination du Premier Ministre, chef du gouvernement, à remplir le cahier de charges de la Confédérations Africaine de Football », a affirmé Ismael Bidoung Mkpwatt devant les hommes de médias.

le Cameroun sera pret 

Concernant justement le cahier des charges, le Ministre des Sports nous renseigne. Sur les 32 stades que contient le dossier du Cameroun, les 11 qui ont été utilisés pour la CAN féminine 2016, sont « disponibles et fonctionnels ». Quatorze autres stades sont à réhabiliter alors que 7 sont ou seront construits. Parmi ceux-ci, les chantiers des stades Paul Biya d’Olembe (60 000 places) et Japoma de Douala (50 000 places), sont en cours d’exécution.

Pour ce qui est des infrastructures routières, des aéroports, des moyens de communication et de télécommunications, le Ministre a tenu à confirmer que le Cameroun sera prêt pour l’échéance.

Étiquettes: