Onglets principaux

Sports

CAN Féminine 2016 : les lionnes indomptables domptées en finale, quand tombe l’effervescence…

Samedi 03 décembre 2016, près de 40.000 supporters sont tenus en haleine au stade Omnisport AHMADOU AHIDJO (Yaoundé) par 22 dames. Dans les ménages, c’est pareil. La tension est à son comble et l’impatience se fait ressentir entre les battements de pieds plus ou moins irréguliers, les jurons et les...
0 lectures aujourd'hui
1,341 vues
12/05/2016 - 16:41
0
Bryce Leonce MBOE
Rédacteur Cameroun-online
CAN Féminine 2016 : les lionnes indomptables domptées en finale, quand tombe l’effervescence…

Samedi 03 décembre 2016, près de 40.000 supporters sont tenus en haleine au stade Omnisport AHMADOU AHIDJO (Yaoundé) par 22 dames. Dans les ménages, c’est pareil. La tension est à son comble et l’impatience se fait ressentir entre les battements de pieds plus ou moins irréguliers, les jurons et les respirations saccadées des téléspectateurs. Tout le monde attend, encore et encore… lorsque soudain, à la 84ème minute, une « Super Eagle » perce les filets d’Annette NGO NDOM, inscrivant ainsi l’unique but de cette 12ème finale de la CAN FEMININE !!!

Oparanozie paralyse les Lionnes !!!

Haute comme trois pommes, Desire OPARANOZIE ne le sait peut-être pas, mais, le but qu’elle vient de marquer laisse les supporters et les téléspectateurs Camerounais dans un profond désarroi qui, après coup, va susciter en eux des interrogations toutes aussi surprenantes les unes que les autres !

  • Et si c’était à cause du manque de pluie ? Habituellement lorsqu’il pleut avant un match important, la victoire est quasiment assurée (à quelques exceptions près…)
  • Et si c’était parce que les tickets d’entrées ont été convertis en billets d’invitations ?
  • Et si c’était parce que les Anglophones (lointains ou proches parents des Nigérians) sont fâchés depuis quelques semaines ?

Et de superstitions en superstitions, l’on arrive même à la plus surprenante des interrogations…

… et si l’hymne de cette CAN y avait joué un rôle ?

Depuis la sortie officielle de cette Ode de la CAN FEMININE 2016, les avis sont partagés, voire mitigés.

En effet, si l’on est plutôt ravi qu’une icône de la Chanson Africaine CHARLOTTE DIPANDA à l’occurrence ait été choisie (son compagnon Richard KINGS étant lui moins connu) pour interpréter cette composition de Roméo DIKA, le rythme lui, a un peu laissé le public sur sa faim car ; s’attendant certainement à plus de cadences africaines dans une ambiance festive le tout accompagné d’instruments traditionnels indiqués pour la fête en Afrique (Djembé, Tam tam, Balafon, Mvet etc.).

Mais, si les carottes sont cuites pour nos lionnes, faut-il l’imputer à une chanson ?

Le penser c’est se demander aussi si ladite mélodie aurait eu des effets positifs ou négatifs selon qu’on soit Camerounaise, Sud-africaine ou Nigériane ! Car en réalité, ce motet était là pour accompagner toutes les participantes. Même s’il ressemble plus à une oraison funèbre qu’à un air festif, cela ne devrait certainement pas constituer un motif de supputation de l’échec des lionnes qui ont fini par être domptées !

Par Krysteen Krys©

Étiquettes: